Baisse des tarifs : les professionnels du photovoltaïque vont manifester ce mardi

 |   |  513  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Les professionnels du secteur vont manifester ce mardi pour protester contre le nouveau décret fixant le nouveau cadre de régulation du photovoltaïque et abaissant leurs tarifs.

Le dépit des professionnels est grand. Suffisament grand pour qu'ils le manifestent sous les fenêtres du président ce mardi comme ils y sont invités par le collectif "Touche pas à mon panneaux solaire". Le gouvernement a en effet fait paraître au Journal officiel, en catimini samedi dernier, le décret fixant le nouveau cadre de régulation du photovoltaïque. Ce texte prévoit qu'à partir du 10 mars les tarifs de rachat de l'électricité produite par des panneaux photovoltaïques appartenant à des installations de moins de 100 kWc (le kilowatt-crête est l'unité de mesure représentant la puissance maximale pouvant être fournie par un panneau solaire) seront abaissés de 20% par rapport  aux tarifs en vigueur jusqu'à présent.

Par ailleurs, ces tarifs pourront être revus à la baisse trimestriellement. Ces nouvelles dispositions concernent toutes les installations réalisées chez les particuliers à compter du 10 mars. Les tarifs prévus par les contrats antérieurs au 10 mars restent inchangés et donc très avantageux.

Le décret impose également de nouvelles règles pour les grandes centrales solaires au sol ou encore celles qui sont installées sur les toits des bâtiments industriels ou commerciaux (grande surfaces, centres commerciaux...). Désormais c'est le système des appels d'offre qui régira ces projets. Concrêtement, chaque prétendant devra proposer dans son projet un tarif de rachat susceptible d'être à la fois rentable et concurentiel. Cette formule est rejetée à la quasi unanimité par les professionnels du secteur car ils considèrent "qu'elle favorise les grands au détriments des PME-PMI".

"Le gouvernement a décidé, non pas simplement d'une baisse, mais bien aussi d'une supression des tarifs d'achat. En effet, l'arrêté tarifaire, procède à une baisse des tarifs pour les installations de moins de 100kW et à leur suppression pour les plus de 100kW", commente Me Arnaud Gossement, avocat spécialiste en droit environnemental. 

Le décret précise par ailleurs, que "les exigences seront accrues sur la qualité environnementale et industrielle des projets avec notamment l'intégration d'obligations de recyclage en fin de vie et de démantèlement à compter de l'été 2011 et de l'obligation de fourniture d'une analyse de cycle de vie à compter du 1er janvier 2012".

Ce nouveau cadre de régulation a suscité l'hostilité de plusieurs syndicats et organisations qui disent craindre la perte de 25.000 emplois. "Si l'apnée de la filière solaire se poursuit, la puissance installée décroîtra immanquablement au moment précis de l'Histoire où la France devrait mettre toutes ses forces dans le développement des énergies renouvelables", déplore Me Gossement. Ce texte confirme "le coup d'arrêt porté à la filière française avec plusieurs dizaines de milliers d'emplois qui sont aujourd'hui menacés dans nos régions", renchérit l'association des régions de France (ARF).

Selon les objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement fin 2007, la filière photovoltaïque doit fournir une puissance de 5.400 mégawatts (MW) à l'horizon 2020. Fin 2010, la puissance cumulée installée en France atteignait 800 MW.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2011 à 10:18 :
tout est super à une condition...que cela soit subventionné ! c'est à dire payé par le contribuable
a écrit le 08/03/2011 à 8:40 :
Acheter un produit 20 pour le revendre 15 vous appelez ca comment en commerce? Réponse: du suicide commercial. Alors si EDF n'achète pas la production d'électricité photovoltaïque au prix de 20 qui paye la différence avec 15? L'état bien sûr donc nous. Alors assez de payer pour des filières peu productives qui ne sont là que pour satisfaire l'ego de quelques élus et écologistes qui se gargarisent avec ces gadgets que sont l'éolien et le photovoltaïque.
Réponse de le 08/03/2011 à 9:28 :
on peut egalement appeler ça de l'investissement à moyen terme
rdv dans 10 ans,
non avant...
a écrit le 08/03/2011 à 7:38 :
Ce gouvernement prefere favoriser ses amis petroliers et les exploitations de gaz de shistes plutot que de mettre en avant le photovoltaique pour les chauffe eaux solaires et non pour revendre l'electricité. Les petroliers ont les poches pleines et augmentent leur lobbying aupres des politiciens affables et sans vision economique pour la France.
Réponse de le 08/03/2011 à 15:05 :
La bonne vision économique n'est pas d'acheter 90% des panneaux à l'étranger ,mais de les fabriquer en France.La bonne vision économique n'est pas de faire subventionner le courant trop cher par le contribuable français.
Le pétrole n'a rien à voir la-dedans,les niches fiscales oui !
Réponse de le 08/03/2011 à 19:07 :
à votre avis qui sont les premiers fabricants et commerçants de panneaux photovoltaiques sur la planète? les groupes pétroliers bien-sûr...Et puis pour Edf c'est que du, moins de rachat d'énergie verte, plus de bénef pour les actionnaires mais ce n'est pas pour autant que notre facture d'électricité va baisser. c'est vraiment dégoûtant.
a écrit le 08/03/2011 à 7:02 :
Evidemment l'industrie du photovoltaïque avait réussi à diviser par deux le prix de l'électricité produite à partir de panneaux français en seulement 3 ans, il fallait bien l'arrêter avant qu'elle n'arrive à des couts capables de concurrencer les gaz de schistes et le nucléaire (qui eux continueront eux à toucher des grasses subventions et autres exonérations d'impôts en veux tu en voilà...)
a écrit le 07/03/2011 à 19:31 :
Et tout ceux qui payent l'augmentation de l'énergie suite à ce financement vont aussi manifester.. il y aura plus de monde en face d'eux !!!
a écrit le 07/03/2011 à 18:41 :
est-ce que quelq'un au ministère de NKM est-il capable de lire ou de comprendre un bilan? ce changemnt de stratégie permet d'en douter!
dans tous les cas, je pense qu'il vaut mieux subventionner temporairement des travailleurs qui réduisent à terme notre dépendance au petrole plutôt que de payer des chomeurs!
le calcul devrait être vite fait.
le lobby petrolier et nucléaire est toujours le plus fort
Réponse de le 07/03/2011 à 20:13 :
Oui mais le lobby petrolier est plus fort et mieux apprécié par nos politiciens de tout bord.
Réponse de le 08/03/2011 à 5:15 :
"je pense qu'il vaut mieux subventionner temporairement des travailleurs qui réduisent à terme notre dépendance au petrole plutôt que de payer des chomeurs" => payer des travailleurs quand il n'y a pas de travail ... ça s'appelle comment ??? du chômage non ? Avant de se plaindre d'avoir d'avoir mal à la tête encore faut il s'arrêter de se la cogner dans le mur ! Ce qu'il faut c'est soigner le mal , ce qu'il faut c'est du travail !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :