Photovoltaïque : les patrons sortent de leur silence

 |   |  327  mots
Copyright Reuters
Le Medef souhaite que le secteur de l'efficacité énergétique soit soutenu autant que les énergies renouvelables.

Le silence assourdissant du Medef, tout au long de la crise qui a secoué l'industrie photovoltaïque naissante, a désemparé plus d'un responsable de la filière. Le patronat a remédié mardi à cette lacune par la voix du président de sa commission du développement durable Jean-Pierre Clamadieu, PDG de Rhodia. Ce dernier a en effet déclaré "soutenir la politique du gouvernement" dans cette affaire politique dont les "incitations trop généreuses" ont abouti "à la création d'une bulle" qu'il fallait nécessairement dégonfler. "Créer une filière qui repose sur les importations chinoises ne peut en aucun cas constituer une politique industrielle", a-t-il jugé, reprenant quasiment mot pour mot l'argumentaire de Matignon et exigeant qu'on "se donne du temps afin de créer une vraie filière". Dans le droit fil de ces mises au point, Jean-Pierre Clamadieu a regretté implicitement une politique qui fait selon lui, la part trop belle aux énergies renouvelables et pas assez au chantier de l'isolation thermique du bâti, qui présente "un énorme potentiel et pas assez d'offres en face". "Je préférerais voir une bulle dans la rénovation de l'habitat que dans le photovoltaïque."

Reporting environnemental

Par ailleurs, le responsable patronal a, une nouvelle fois, affiché l'opposition de son organisation au fameux article 225 de la loi Grenelle II. En imposant aux entreprises de prendre en compte les impacts environnementaux de leur activité, ce dernier vise l'adoption des meilleures pratiques possibles afin de favoriser la préservation de l'environnement. Les textes réglementaires jusqu'ici évoqués imposent ce reporting environnemental à compter de 2012, à toutes les sociétés de plus de 500 salariés. Un seuil que le Medef repousse avec vigueur. Il préconise de ne contraindre dans un premier temps que les grandes entreprises. Puis "d'étudier les résultats de l'expérience, d'en voir les conséquences, avant d'étendre le cas échéant, la mesure aux PME".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2011 à 13:02 :
Les panneaux sont assemblés "à l'ouest" à partir de cellules chinoises (les gros carrés), le composant sensible, le plus cher et intégrant la technologie électronique n'est pas fabriqué en Europe (ce sont les mêmes qui fabriquent les composants électroniques). Les usines de panneaux se contentent de les importer, souder ces cellules entre-elles, placer le cadre, les couches isolantes, le verre.... et c'est tout. La plupart sont automatisées à 90%, il reste la manutention (mise en palette et emballage) qui est assurée par des employés de production. Rien de technique pour employer nos ingénieurs...
Réponse de le 04/03/2011 à 9:25 :
merci de cette réponse pleine de bon sens. Il est ou le démarrage de l'industrie française? Notre seule boite a fabriquer réellement le composant c'est photowatt (d'une taille microscopique d'ailleurs...) et elle est au bord de la faillite! Et ne parlons même pas de l'origine du silicium...
a écrit le 03/03/2011 à 12:25 :
Les visions (le pluriel est peut-être de trop) du MEDEF et de l'UMP sont très proches... Rien de nouveau.

Ce qui m'inquiète plus c'est voir ce PDG comparer une filière technologique en plein essor et encore loin de son potentiel (coût de production et rendement du PV) à une autre où les marges de progression sont semblent ils moins importantes et pour laquelle des aides existent déjà (crédit impôt et CEE de mémoire)...

Où étaient les industriels pour la construction d'équipements photovoltaïques ? Trop frileux ou ils connaissaient l'inconstance de notre gouvernement ?

Quant à créer une filière sans marché... Espère-t-il vraiment que les allemands, les américains, les chinois ou les japonais abandonneront leurs places de leaders dans la production alors qu'ils mènent aussi la recherche ?

Avant 2020 le photovoltaïque sera compétitif avec la plupart des moyens de production. Les constructeurs ne seront sans doute pas français.
a écrit le 03/03/2011 à 10:03 :
La vraie priorité n'est pas de subventionner le photovoltaïque de manière indécente, avec mes impôts au motif que des entreprises incapables de vivre sans subventions en auraient besoin pour maintenir des emplois. Ce chantage à l'emploi d'entrepreneurs-fonctionnaires, commence à lasser sérieusement le contribuable que je suis.

La vraie priorité est, si ce n'est pas le cas, de faire payer l'électricité nucléaire à son véritable coût, de sorte que le photovoltaïque se retrouve naturellement compétitif si son coût est moindre que le vrai coût du nucléaire...


Réponse de le 03/03/2011 à 12:08 :
Rien à voir avec les impôts. Quant au vrai coût du nucléaire il n'est pas complètement connu (reste des déchets à 10000 ans difficiles à estimer...) et pour le coup le nucléaire, tout comme toutes les énergies conventionnelles, ont bénéficié de subventions publics ne serait ce que pour la recherche et les investissements initiaux
a écrit le 03/03/2011 à 7:39 :
Et relancer la filière de l'amiante pour créer des emplois, tant que nous y sommes.
Je refuse de surpayer le kw pour soutenir une technologie importée.
a écrit le 02/03/2011 à 20:52 :
Honteux,
en voila encore un qui parle sans connaitre le dossier
Rhodia, dégage !!!
http://www.hncsolar.fr/
a écrit le 02/03/2011 à 19:21 :
A partir du moment où l'Etat aide,.. on voit apparaitre une foule de prétendants plus ou moins bien intentionnés pour profiter de la manne... vendre de la M..de à prix fort.. mais subventionné!! C'est ce qui se produit avec les panneaux, leur qualité et leur rendement importe peu, seuls comptent les M² posés. L'Etat a raison de mettre un coup de frein dans cette filliale qui fait du lobbying et pratique la menace à l'emploi !! par contre, les subventions accordées sortent d'où ?? .. de toutes les poches des Francais pour se focaliser sur quelques bénéficaires.. heureux!!. La France n'a plus les moyens de ses ambitions et doit éviter de payer cher pour installer du panneau "lowcost", Vu la vitesse de propagation des panneaux, le retard pourrait être rattrapé en 1 voire 2 ans... et n'utiliser QUE des panneaux à fort rendement approuvés par une norme, un label national évolutif, et pourquoi pas, achetés par l'Etat afin de contrôler les prix et bénéficier de rabais sur la quantité.....les autres seraient achetés et installés 100% aux frais du demandeur.
Réponse de le 03/03/2011 à 0:03 :

Aide...toi,
Soit tu es de la partie chez un gros installateur type E...F, soit tu méconnais le dossier, soit tu fais part d'un grand cynisme.

Voici un peu de lecture afin de parfaire ton opinion, ainsi que tes connaissances au passage.

http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/energie-solaire-ca-chauffe-pour-deux-pontes-d-edf-578694

A bon entendeur!!!
Réponse de le 03/03/2011 à 0:03 :

Aide...toi,
Soit tu es de la partie chez un gros installateur type E...F, soit tu méconnais le dossier, soit tu fais part d'un grand cynisme.

Voici un peu de lecture afin de parfaire ton opinion, ainsi que tes connaissances au passage.

http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/energie-solaire-ca-chauffe-pour-deux-pontes-d-edf-578694

A bon entendeur!!!
a écrit le 02/03/2011 à 18:30 :
C'est sùr qu'avec des amis comme ceux du Medef, on n'a plus besoin d'ennemis...
En ce qui me concerne, j'attends encore quelques jours et j'arrêterai certainement le photovoltaique. Je venais juste de monter ma boite espèrant que nos dirigeants trouveraient une solution intelligente pour toutes les parties et ne perfusent pas EDF, ses panneaux chinois, et ses sous-traitants venus d'on ne sait où. Je croyais naivement à un système juste pour tous. Je retournerai gonfler les stats de Pole Emploi : en France faut pas entreprendre, faut pas essayer de bosser, faut rien avoir et quémander.
Quand je pense que pour installer des 3kW il faut être QualiPV Bat et QualiPV Elec et faire passer le consuel et tout le tremblement alors qu'EDF sous-traite à tours de bras depuis les pays low cost.
Au fait savez-vous que le tarif préférentiel des agents EDF et GDF nous coûte plus cher que les 'perfusions' aux photovoltaique. C'est drole, pourtant personne n'en parle et tout le monde le paye aussi. Et depuis longtemps...
a écrit le 02/03/2011 à 16:33 :
et les ouvriers souhaitent que leurs pouvoirs d achats soient soutenu par des augmentations conséquente pour payé l augmentation le gaz par exemple.....
a écrit le 02/03/2011 à 11:02 :
Bonjour

je ne comprends pas comment on puisse faire des annonces en meconnaissant completement le sujet ..Que Mr Rhodia prenne contact avec les futurs chomeurs de la filiere.. on va atteindre les 25000 ...si ça continue comme ça..il va avoir du choix...et qu"'il vienne plutot rejoindre les PME et TPME qui cree le vrai emploi à la manifestation du 08/03/2011 ...et qu'il prenne la peine d'etudier les delits d'initiés et à qui le crime profite avant de reprendre la desinformation gouvernementale...les chiffres et les faits reels sont à sa disposition...ainsi qu'aux journalistes qui voufdraient retablir la verité à la face du peuple Français...mais en ont ils le pouvoir et surtout le vouloir...? toutes les infos ici: http://tpamps.fr/
Réponse de le 02/03/2011 à 12:27 :
La menace "chomage" sonne trop lobbing a mon gout. Trop de directive d'états on étés fondées sur cet argument et on se trouve dans des secteurs sous perfusions complète maintenant.
Réponse de le 02/03/2011 à 12:56 :
He bien cher ami, vous ne connaissez RIEN a la problematique dans ce cas.

Le PV a besoin de soutien pendant 10 ans (dont 4 deja passes) avant de devenir 'grid-parity' cad competitif avec les VRAIS COUTS du gaz et du nucleaire (R+D, securite, demantellement, stockage de dechets sur 50 000 ans).

Grace a la politique gouvernementale lorsque le solaire se vendra en supermarche pour auto-consommer, notre industrie de panneaux qui est justement en train de reconquerir son marche sera morte, on achetera alors des panneaux chinois ou allemands installes par du personnel polonais ou roumain.
Ca sear alors une victoire totale pour les gens comme.

Et le pire c'est que nucleaire disparaitra quand meme tant il coute cher en evaluant TOUS ses couts induits et tant il est rejete par le populations.

Mais dans cette evolution comme dans beaucoup d'autres avant, la France loupe le train : LA FRANCE A TOUJOURS UNE GUERRE DE RETARD.
Réponse de le 02/03/2011 à 13:04 :
Monsieur Bouba, vous avez raison de parler de "lobbying" du photovoltaïque, mais le lobbying il est du côté de l'EDF. Quant à la menace "chômage" elle n'est déjà plus une menace mais réalité dans ma société. Vous avez raison, ce n'est pas important 25 000 chômeurs de plus mais s'il vous plaît, ne raller pas non plus contre les chômeurs car il y en a qui aimeraient pouvoir travailler.D'ici quelques années vous pourrez pleurer des décisions actuelles du gouvernement.
a écrit le 02/03/2011 à 10:19 :
Une bonne partie des PME de la filière éspère également un dégonflement de la bulle. Mais en attendant, les rachats de projets en développement continuent de plus belle, et le gouvernement ne prévoit pas de filtrage de la file d'attente malgré les nombreux cas de projets abusifs recensés. Les plus grands profiteurs sont à chercher du coté des filiales semi-privées du Groupe EDF et des cas d'"aide intra groupe" par les filiales réseau sont avérés, alors que celles-ci devraient exercer leur mission de service public dans la plus grande neutralité. Le MEDEF ne pourrait-il pas s'intéresser aux distorsions de concurrence criantes de ce dossier, au bureaucratisme français qui a miné l'émergence de la filière au point de conduire à une envolée des coûts de revient atteignant +30% par rapport à l'Allemagne, et à la campagne de dénigrement gouvernementale à l'encontre de la filière industrielle française ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :