Jean-Louis Deroussen : " Créer 350.000 places de crèche coûte 7 milliards"

 |   |  415  mots
Le gouvernement veut mettre en place dans cinq ans un " droit opposable " pour la garde d'enfants, ce qui nécessite au minimum 350.000 nouvelles places de crèche. Cet objectif est-il réaliste ?Créer 350.000 à 400.000 nouvelles places de crèche représente selon nos estimations un coût d'au moins 7 milliards d'euros, tout dépendra donc du rythme d'étalement de la dépense. La branche famille de la Sécurité sociale doit revenir à l'équilibre et même devenir excédentaire dans les prochaines années, ces excédents pourraient donc être consacrés à l'amélioration de l'accueil du jeune enfant. Cependant, nous allons rencontrer de réelles difficultés pour trouver des locaux en zone urbaine, là où les demandes des familles sont fortes, et surtout des difficultés pour recruter des personnels. Il est donc difficile d'imaginer construire 350.000 à 400.000 places de crèche. En revanche, nous pourrions revoir l'organisation du mode de garde pour les enfants à partir de 2 ans, et notamment leur encadrement. Quelle pourrait être cette nouvelle organisation ?Aujourd'hui, la règle est généralement d'une puéricultrice pour 8 enfants à la crèche et d'un professeur des écoles pour 30 enfants dans l'Éducation nationale. On pourrait créer un palier intermédiaire : le personnel sanitaire s'occuperait des bébés entre 0 et 2 ans et, au-delà, des éducateurs encadreraient des groupes d'enfants plus nombreux, selon des formules de jardin d'enfants. Cette solution de garde intermédiaire pourrait se faire en crèche ou à l'école, en classe pré-élémentaire. Mettre en place un dispositif de " droit opposable ", permettant aux parents d'attaquer les collectivités ne leur offrant pas de solutions de garde, est-elle une bonne idée ?L'offre de garde est aujourd'hui diverse, abondante, mais pas suffisante. On recense en effet 150.000 enfants dont l'un des deux parents a dû s'arrêter de travailler car ils n'avaient pas trouvé de mode de garde. Bénéficier d'un mode de garde pour son enfant doit être un droit, sans pour autant aller systématiquement devant le tribunal.Que pensez-vous de la proposition du rapport Attali de conditionner les allocations familiales aux revenus ?C'est une fausse bonne idée. La Cnaf verse par ailleurs toute une série de prestations sous conditions de ressource (pour la rentrée scolaire, les congés parentaux...) et de prestations sociales. Mais les allocations participent de la politique familiale. Il s'agit de contribuer au renouvellement des générations et en cela tout le monde doit être aidé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :