++BSF++

 |   |  374  mots
La région Picardie a mis en avant, la semaine dernière, les travaux de ses chercheurs lors d'un forum de la recherche et de l'innovation. Durant cinq jours, près de 700 scientifiques ont fait le point sur leurs projets dans des domaines comme la santé, les transports intelligents ou les agro-ressources. L'un des projets les plus emblématique est porté par l'université technologique de Compiègne (UTC) qui a mis au point une poudre sèche mais qui contient une quantité importante de liquide (jusqu'à 98 %) par un assemblage de silice et d'eau. Des applications pourraient toucher des secteurs comme la pharmacie ou l'agriculture. « On pourrait même envisager des murs anti-incendie à base de poudre d'eau. Au contact d'une flamme, l'eau se libère sans intervention extérieure », explique Khashayar Saleh, responsable du projet.Le groupe Telemedia a présenté lundi dernier, lors de la conférence de Lyon sur la solidarité numérique, son programme Télémigrants. Le premier projet dévoilé est la mise en place d'une liaison Internet haut débit entre deux villages de la région de Kayes au Mali et l'association de résidents maliens en France originaire de ces villages. Cette infrastructure numérique permet des transferts d'argent sécurisés, des consultations médicales ou de l'enseignement à distance. Cette expérience est financée en partie par le ministère de l'Immigration et est soutenue par plusieurs partenaires comme le Cnes (Centre national d'études spatiales) ou l'UNFM (Université numérique francophone mondiale). Le programme Télémigrants devrait se développer en 2009 aux Comores, au Sénégal ou au Cameroun.Le centre de Fontenay-aux-Roses du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) est consacré désormais aux sciences du vivant, avec l'ambition de devenir « un pôle européen de recherche et d'innovation pour les technologies biomédicales », selon le CEA. Le nouvel équipement, Mircen (Molecular Imagery Research Center), est une plateforme d'imagerie pour la thérapie génique et cellulaire au niveau préclinique, c'est-à-dire pour les essais sur les animaux. Le Mircen va disposer d'un système d'IRM unique qui fonctionne en confinement microbiologique, c'est-à-dire en isolement complet de toute éventuelle contamination des animaux étudiés. TitreTexte++BSD++Ne Pas Supprime

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :