Sarkozy multiplie les signes d'apaisement vis-à-vis de la Turquie

 |   |  423  mots
BilatéralC'est ce soir sur l'esplanade du Trocadéro, à Paris, que la Saison de la Turquie en France démarre avec un spectacle grandiose de musique et de danse. Pendant neuf mois, quelque 400 événements artistiques, culturels et universitaires seront organisés dans 77 villes de France. Le nouveau ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, estime que « cette Saison nous permettra de progresser dans la connaissance et la compréhension mutuelle de nos deux pays et de renforcer encore les liens qui nous unissent depuis des siècles ». Or la Saison de la Turquie en France a failli ne pas avoir lieu. Le gouvernement turc, excédé des propos tenus par Nicolas Sarkozy contre la Turquie pendant la campagne des élections européennes, a envisagé un moment l'annulation pure et simple. Avant de faire marche arrière car, selon Ankara, l'Élysée a multiplié des signes d'apaisement après les élections du 7 juin. Pierre Lellouche, un fervent avocat de l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, a été nommé secrétaire d'État aux Affaires européennes. Le 18 juin à Bordeaux, le maire Alain Juppé, proche de Nicolas Sarkozy, acceptait de prendre la présidence du Haut Comité de parrainage des établissements d'enseignement de Galatasaray (primaire, collège, lycée, université), une institution francophone phare de la Turquie moderne. Et le 30 juin, à Bruxelles, l'Union européenne a décidé, avec le feu vert de la France, d'ouvrir un nouveau chapitre de négociations d'adhésion avec la Turquie sur la fiscalité, un sujet sensible pour le marché unique. Nicolas Sarkozy aime répéter qu'il n'a pas changé d'opinion en ce qui concerne la place de la Turquie dans l'Union européenne. Mais il a changé de comportement. Business oblige ? Henri de Castries, le patron d'Axa qui préside le comité d'organisation de la Saison de la Turquie en France, se dit « profondément convaincu » qu'il faut « renouer avec la Turquie des relations à la hauteur de l'importance de ce grand pays pour la France ». fort potentiel Au 15e rang mondial des économies, la Turquie représente un marché de 70 millions de consommateurs avec une richesse produite qui atteint 670 milliards d'euros reposant pour moitié sur le commerce extérieur. Sa richesse nationale représente 40 % de celle de l'ensemble des 10 nouveaux États membres de l'Union européenne. Avec 54 millions de personnes disposant d'un téléphone mobile, 18 millions de personnes utilisant l'Internet et 37 millions d'utilisateurs de cartes de crédit, elle présente des opportunités certaines pour les investissements étrangers. S. I.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :