Pas de miracle pour les propriétaires de Maisons de Biarritz

Et de deux. La déconfiture du groupe immobilier spécialisé dans les résidences de tourisme haut de gamme Maisons de Biarritz risque de laisser des ardoises chez les investisseurs qui lui avaient fait confiance. « La société n'a atteint sur aucun de ses sites le chiffre d'affaires suffisant et nécessaire pour honorer les dettes de loyers qu'elle avait auprès des investisseurs », estime Frédéric Abitbol, administrateur judiciaire en charge du dossier. À l'été 2008, l'entreprise a donc cessé de verser les loyers avant d'être mis en redressement judiciaire en octobre puis liquidée le 29 décembre. Des loyers que les propriétaires ne récupéreront jamais puisque les fruits de la cession des actifs semblent à peine suffisants pour régler les créances privilégiées. En revanche les dix résidences qu'exploitait Maisons de Biarritz ont été reprises par les groupes Lagrange et Quiétude qui ont obtenu la préférence des propriétaires réunis en association pour la défense de leurs intérêts. Mais ceux-ci devront consentir des sacrifices parfois douloureux. baisses de loyersLagrange et Quiétude qui ont respectivement repris six et quatre résidences annoncent des baisses de loyers pouvant aller jusqu'à 28 %. Toutefois les deux exploitants promettent de les compléter par un revenu variable indexé sur le chiffre d'affaires des résidences dès lors que celui-ci dépassera un certain seuil. Les propriétaires ont la liberté d'accepter ou de refuser ces nouveaux baux. Mais en cas de refus ils devront assurer eux-mêmes la location de leur bien. « Une situation qui ne remet pas en cause leur statut de loueur en meublé. Mais elle fait peser sur eux le risque d'un redressement fiscal portant sur la TVA », annonce Yannick Ainouche, président de Quiétude.Pour ce qui est des deux programmes en cours, la situation diffère. Aucun problème ne devrait se poser pour la Ferme de Salgue d'Alvignac-les-Eaux dont les travaux touchent à leur fin et qui a été attribuée à Quiétude. En revanche la situation pour les Jardins de Malassagne s'avère plus compliquée : il reste environ 6,5 millions d'euros de travaux à réaliser. Antoine de Beauchaine

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.