Les mesures promises restent attendues

 |   |  337  mots
Les producteurs de musique s'impatientent. Il y a un an, la ministre de la Culture et de la Communication, Christine Albanel, présentait au Midem son « plan pour l'avenir de la filière musicale ». Après les « accords de l'Élysée », signés fin novembre 2008 entre fournisseurs d'accès Internet et secteur culturel, pour faciliter la diffusion légale d'?uvres sur Internet et lutter contre le piratage, elle annonçait leur transcription dans une loi, qui serait présentée au Parlement « au printemps prochain ». Un an plus tard, la loi « Création et Internet », votée à l'automne au Sénat, attend son tour dans le calendrier de l'Assemblée. On parle désormais de fin février. « Nous avons expérimenté de nombreux modèles par abonnement, d'écoute gratuite illimitée sur Internet? Mais rien de tout cela ne décollera tant que la loi et son application par les pouvoirs publics n'envoient pas le message que la musique vaut quelque chose. Il y a vraiment urgence », insiste Pascal Nègre, patron d'Universal Music en France. Le Syndicat national des éditeurs phonographiques (Snep) espère que l'Hadopi, autorité qui sera créée par la loi, pourra adresser les premiers messages d'avertissement aux internautes qui téléchargent illégalement « courant 2009 ». urgenceLa production musicale attend aussi la fin des échanges entre Paris et Bruxelles, qui doit valider l'extension et la relève du crédit d'impôt en sa faveur. L'équilibre de certains labels qui ont investi pour développer de nouveaux talents, dépend de l'entrée en vigueur effective de ce crédit d'impôt avant leur déclaration fiscale avec effet rétroactif en 2008. « Il faut appliquer ce qui a été prévu et lancer le plan suivant. Il faudra pérenniser le crédit d'impôt jusqu'en 2014, pour passer la période de transition » demande l'Union des producteurs indépendants. Quant à la TVA réduite, régulièrement retoquée à Bruxelles, les producteurs n'abandonnent pas la demande. I. R.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :