Le conseil général de l'Oise crée une centrale d'achats

Le conseil général de l'Oise (766.441 habitants dans le département ; budget : 819 millions d'euros) a décidé de mettre à disposition des communes, groupements de communes et collectivités « satellites » (syndicats mixtes, service d'incendie, etc.) son expertise en matière de commande publique. Pour cela il a créé, le 9 avril, avec des collectivités de droite et de gauche, une « centrale d'achats publics » à statut associatif et dotée d'une « mission de service public ». Une première. Celle-ci, qui devrait être pleinement opérationnelle en septembre 2009, aura pour vocation d'aider les petites communes et autres collectivités à « sécuriser juridiquement les procédures de marchés et réaliser des économies d'échelle par le système des achats groupés ». Les économies réalisées se situeraient dans une fourchette 20-40 %, confie Yves Rome, président (PS) du conseil général, joint par « La Tribune ». « Facilitateur »Le conseil général entend jouer les « facilitateurs » vis-à-vis des petites communes, alors que l'achat public est devenu une « affaire de spécialistes ». Cette centrale d'achats pourra « acheter tout ce dont une collectivité a besoin pour fonctionner, indique Yves Rome. Nous allons lancer un questionnaire auprès des communes afin d'élaborer un catalogue départemental ». Ce dernier comprendra pêle-mêle des produits sanitaires, des outillages (tondeuses, tracteurs, etc.), des tenues vestimentaires, du matériel informatique, du papier-crayon, des véhicules ainsi que des prestations d'ingénierie ou autres études. Interrogé sur les relations de la centrale d'achats de l'Oise avec la centrale d'achats publics nationale UGAP (Union des groupements d'achats publics), Yves Rome répond ceci : « Nous pourrons travailler avec l'UGAP, mais nous avons nos propres fournisseurs et n'avons aucune obligation de passer par l'UGAP. » Et de rappeler qu'un département représente une certaine « force de frappe concurrentielle ». Un exemple : dans le cadre de son plan « Ordi 60 » (2009-2011), le conseil général équipe ses 55.000 collégiens d'un ordinateur multimédia portable (Toshiba) de dernière génération équipé de soixante logiciels éducatifs. Pour un coût, défiant toute concurrence, de? 466 euros TTC. Il se propose maintenant de faire profiter à d'autres collectivités la mise à très haut débit (fibre optique) de tous les collèges du département. Claire Garnie
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.