La gauche suisse attaque l'ancienne direction d'UBS

À peine l'accord avec le fisc américain dans l'affaire de fraude fiscale a-t-il été trouvé qu'UBS est de nouveau placée sous les projecteurs. Ce week-end, le Parti socialiste suisse a déposé une plainte pénale contre deux anciens responsables de la banque helvétique. Sur le banc des accusés, Marcel Ospel, président d'UBS de 2001 à avril 2008, et Peter Kurer, qui l'a accompagné comme directeur des affaires juridiques avant de lui succéder à la présidence de la banque. Il a depuis été remplacé par Kaspar Villiger.Les deux ex-dirigeants sont accusés de « gestion déloyale » et « complicité de fraude fiscale » dans le dossier américain. « Personne ne [peut] croire une seconde que les deux cadres supérieurs d'UBS n'étaient pas au courant des pratiques douteuses qui avaient cours aux États-Unis », estime le PS dans une note. Des propos que Peter Kurer a jugés injustifiés et infondés.coûteuses négociations Le 12 août, la banque suisse, accusée d'avoir incité ses clients américains à frauder le fisc, est parvenue à trouver un arrangement avec washington. D'après la presse helvétique, UBS livrera les détails de 5.000 comptes aux États-Unis. Un résultat obtenu par Berne au prix de coûteuses négociations. UBS s'est engagée à payer des frais de procédure. Mais le PS estime que les conséquences de l'affaire vont au-delà et mettent en danger la place financière suisse. Les responsables doivent donc « rendre des comptes », selon lui. Alexandre Madde

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.