Deux réformes par ordonnances pour l'industrie du cinéma

 |   |  453  mots
La loi sur l'audiovisuel comprend aussi des dispositions sur le cinéma votées lundi soir. Elle autorise le gouvernement à adopter deux ordonnances pour réformer le secteur. La première (à publier dans les trois mois) transformera le Centre national de la cinématographie (CNC) en établissement public doté d'un conseil d'administration et d'une plus grande autonomie financière. La seconde porte sur la régulation économique du secteur : cartes illimitées, répartition des recettes d'entrées en salles? Elle doit formaliser des accords interprofessionnels en cours de discussion et sera publiée d'ici huit mois.Délais de sortie des dvdEn revanche, la question de la chronologie des médias n'a pas progressé. Le député UMP Frédéric Lefebvre, absent, n'a pas défendu l'amendement qu'il avait déposé concernant le délai de sortie des films en vidéo (DVD) et en vidéo à la demande (VOD). Le porte-parole de l'UMP voulait réduire ce délai, fixé à 6 mois minimum depuis 1982, entre « 3 et 6 mois ». Une proposition largement soutenue par le secteur, à l'exception des exploitants de salles, en particulier le réseau UGC, et des distributeurs. Ces derniers craignent en effet qu'une sortie trop rapide en vidéo nuise à l'exploitation en salles. Toutefois, cette opposition se lézarde. « Les majors américaines veulent raccourcir ce délai », assure un professionnel. Et, de son côté, le PDG de Pathé Jérôme Seydoux juge qu'il n'est « pas normal qu'un film qui n'a pas recontré son public doive attendre six mois pour paraître en DVD. Cette rigidité est très pénalisante. La même chronologie pour tous, c'est ridicule ». Interrogé par « Le Film français », il plaide pour une chronologie « plus pragmatique, voire contractuelle, comme celle des Américains, où le DVD sort en moyenne 4 à 6 mois après la salle ».De son côté, le réalisateur-producteur Luc Besson a même proposé dans « Les Echos » que le film soit disponible en VOD le week-end suivant sa sortie en salles? Le sujet resurgira en janvier lors de l'examen de la loi audiovisuelle au Sénat, ou plus tard lors de la discussion à l'Assemblée de la loi de luttte contre le piratage. Cette dernière loi impose déjà au secteur de trouver un nouvel accord sur le sujet avant fin mars 2009, à la suite d'un amendement sénatorial. Il y a un an, dans les accords Olivennes, la profession s'était engagée à aligner le délai de mise en ligne en VOD (7,5 mois) sur le délai vidéo (6 mois), puis à réduire ces délais. Mais les négociations sur ce point viennent à peine de commencer. JAMAL HENNI++BSD ++PasSupprimerBalise balise systèmene pas supprimer++BSF ++

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :