Dreamworks prêt à relancer sa production de films

 |   |  429  mots
Enfin?! Après un an d'efforts, Steven Spielberg est parvenu à boucler sa levée de fonds. Le réalisateur américain a annoncé lundi soir avoir levé 825 millions de dollars pour son nouveau studio DreamWorks. Le précédent, qui s'était séparé en 2004 de la société s?ur Dreamworks Animation (« Shrek », « Madagascar »), avait été cédé à Paramount et Spielberg a repris son indépendance l'an passé. L'indien Reliance apporte 325 millions de dollars de capitaux. Disney, qui distribuera les films du studio, prête 175 millions. Enfin, JP Morgan a levé une dette de 325 millions auprès de 8 banques (Bank of America, City National, Wells Fargo, Comerica, Union Bank of California, Sun Trust, California Bank & Trust, Israel Discount). Cette opération, présentée comme une « première phase », pourrait être suivie d'une autre dans les trois ans. L'objectif initial était en effet de lever 1,3 milliard. Reliance avait dit être prêt à apporter jusqu'à 550 millions à condition que le réalisateur d'« E.T. » en apporte autant de son côté. « Dîner de cons »Ces fonds vont enfin permettre à DreamWorks de démarrer sa production. Premier film?: « Dinner for schmucks » avec Steve Carrell, remake à 75 millions de dollars du « Dîner de cons », de Francis Veber, dont le tournage démarrera en octobre et qui doit sortir en 2010. Le studio a promis de fournir à Disney environ 6 films par an. Alors qu'il a employé jusqu'à 120 salariés, il emploie aujourd'hui 80 personnes.Cette levée de fonds est la première à Hollywood depuis le début de la crise. « Il y a une pénurie terrible de capitaux aujourd'hui » pour le financement de films, a expliqué le patron de Reliance, Anil Ambani. En effet, jusqu'en 2008, l'argent coulait à flots à Hollywood, apporté par des banques et des fonds, qui ont injecté près de 15 milliards entre 2005 et 2008. Cela avait entraîné une inflation des cachets, des budgets, et du nombre de films. Entre 2002 et 2007, le budget moyen d'un film produit par les majors est passé de 41 à 71 millions de dollars (+ 74 %), et le nombre de films de 543 à 656 (+ 21 %). Mais cette source s'est brutalement tarie et en 2008, le nombre de films produits est retombé à 520. L'argent revient donc, en provenance cette fois des pays émergents?: de l'Inde pour Reliance, mais demain peut-être de Chine. Selon « The Times », le fonds souverain chinois CIC (China Investment Corp), qui dispose de 200 milliards de dollars, envisage d'investir dans des fonds spécialisés dans les médias en Asie et en Occident. Des discussions auraient déjà démarré avec deux fonds américains, concernant notamment un producteur hollywoodien. n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :