L'épidémie de grippe porcine prend un nouveau tournant

 |   |  417  mots
SantéLa panique suscitée par les premiers cas de grippe A, détectés au Mexique il y a deux mois, avait fini par retomber. La maladie continuait certes de se répandre, mais le nombre des victimes semblait « sous contrôle ». Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à ce jour, le virus H1N1 a ainsi contaminé plus de 12.000 personnes dans 43 pays, entraînant la mort de 86 personnes. Et voici qu'au cours du week-end dernier, les choses ont pris une nouvelle ampleur. Plusieurs autres cas ont fait leur apparition ? dans des pays déjà atteints, comme l'Australie ou le Japon ; dans de nouveaux, tel l'Islande, tandis qu'enfin, dans d'autres, comme la République démocratique du Congo, des cas « suspects » étaient enregistrés. Et c'est sans parler des 18 soldats américains en transit au Koweït : eux aussi présentent les symptômes de la grippe porcine, absente jusqu'alors de la première région pétrolière au monde. Si, selon l'armée américaine, les soldats ont prestement quitté le territoire koweïtien et n'ont pas eu de contact avec la population, c'est à partir de ce petit pays que Washington gère les mouvements de troupes stationnées en Irak? Enfin, aux États-Unis mêmes, le nombre de cas est en forte augmentation, avec un total de 6.552 personnes infectées en fin de semaine dernière dans 48 États et 10 morts au total.« alerte pandémique » ? Faut-il, dans ces conditions, déclencher une « alerte pandémique » ? L'OMS se posait encore la question hier soir. Depuis le 29 avril, le niveau d'alerte a été porté à 5, signalant « l'imminence » d'une pandémie. Certains pays fortement touchés, comme le Japon et le Royaume-Uni, incitent l'OMS à aller plus loin. L'Organisation elle-même a entamé une révision de ses critères, pour ajouter à la propagation géographique la virulence du virus. Il est en tout cas « subtil et sournois », selon elle, et semble vouloir se propager notamment dans les pays en développement de l'hémisphère Sud, en ce début d'hiver austral. Or cette saison pourrait fournir à tous les virus de la grippe l'occasion de se mélanger. D'ailleurs, les experts de l'OMS craignent avant tout la formation d'un cocktail explosif, sous forme d'un nouveau virus réunissant les caractéristiques du H1N1, très contagieux, avec celles du H5N1, extrêmement virulent, de la grippe aviaire. Le tout dans des pays mal équipés pour la surveillance des populations en matière de santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :