L'Europe joue son image en Asie du Sud-Est

 |   |  256  mots
diplomatieC'est sa crédibilité que joue l'Europe à l'occasion de la rencontre des ministres des Affaires étrangères de l'Union avec ceux de l'Asie orientale émergente (Chine, Thaïlande, Inde?), qui se tient aujourd'hui et demain à Hanoï. « La crédibilité de sa diplomatie et son influence dans une région en plein mouvement et en recomposition », précise Sophie Boisseau du Rocher, chercheur à l'Asia Centre à Sciences po.valeurs démocratiques Les discussions prévues porteront bien sûr sur la crise, les accords commerciaux (avec la Corée), l'épidémie de grippe A, le climat, mais aussi sur les valeurs démocratiques dont l'Europe a fait sa marque de fabrique au moment où l'opposante birmane, Aung San Suu Kyi, est l'objet d'un procès orchestré par la junte au pouvoir. En 2003-2004, l'UE avait suspendu ses relations avec l'Asean (Association des pays d'Asie du Sud-Est) pour protester contre le refus de Rangoun d'engager un processus démocratique à l'intérieur de ses frontières et contre ses violations graves des droits de l'homme. Un flop? « L'Europe a infligé à l'Asean un traitement qu'elle n'était pas en mesure d'appliquer à la Chine dont les pratiques en matière de droit de l'homme sont pourtant critiquables », poursuit ainsi Sophie Boisseau du Rocher. Cette suspension s'est d'ailleurs révélée inefficace. Aujourd'hui « la diplomatie compassionnelle de l'UE laisse la junte birmane indifférente et les 27 n'ont d'autre choix que de tenter de rallier les pays influents d'Asie à la justesse de leurs principes, à commencer par la Chine », indique l'experte. L. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :