Un sommet Europe-Chine aura lieu « bientôt »

 |   |  382  mots
Hier à Bruxelles, Européens et Chinois ont tenu à renouer le dialogue en échangeant des serments de loyauté. Nous ne céderons pas au mirage protectionniste?: tel était en substance le message adressé par le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le Premier ministre chinois, Wen Jiabao. Les deux hommes se sont entendus pour organiser « bientôt » un nouveau sommet euro-chinois, deux mois après l'annulation en dernière minute du sommet de Lyon sous la présidence française de l'Union. « Les relations entre l'Europe et la Chine vont de l'avant [?], avec quelques crochets », a estimé Wen Jiabao. Prudent, José Manuel Barroso avait tenu à informer son invité des points qu'il comptait développer lors de la conférence de presse. Il se devait notamment d'annoncer que les droits de l'homme et le Tibet avaient été évoqués. « Tout peut être discut頻, a lâché le Chinois en signe d'ouverture.Le dialogue n'en reste pas moins délicat. « Il y a une asymétrie des demandes respectives des Européens et des Chinois. Les premiers veulent parler commerce et propriété intellectuelle, alors que les Chinois ont un agenda plus limité qui comprend, comme toujours, la levée de l'embargo sur les armes, la non-ingérence de l'Europe sur Taïwan et le Tibet, et les procédures antidumping », analyse François Godement, de l'European Council on Foreign Relations. produits contrefaitsAu nombre des neuf accords scellés hier figure un programme de coopération sur la lutte contre la contrefaçon. Le constructeur européen Airbus et des sociétés chinoises vont créer une coentreprise pour établir en Chine un centre de production de pièces détachées en matériaux composites. En revanche, Bruxelles n'a pas réussi à établir un dialogue structuré sur les questions monétaires et financières, qui n'existe pour l'instant qu'au niveau bilatéral, avec Londres.Dans une question visiblement préparée, une journaliste chinoise a souligné que la Chine avait choisi l'Europe pour son premier voyage officiel de l'année. « Cette visite montre que l'Europe, comme entité politique, est prise au sérieux par les Chinois », assure l'avocat Bernard Dewit, qui préside la chambre de commerce belgo-chinoise. Florence Autret et Yann- Antony Noghès,à BruxellesDOMINIQUE FAGET/AFP

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :