Tracteurs : progression de 16,6 % des immatriculations

Lembellie connue en 1994 sur le marché du matériel agricole se poursuit. Selon le Sygma (Syndicat général des constructeurs de tracteurs et de machines agricoles), le nombre des immatriculations de tracteurs en France est passé l'an dernier à 32.200 (très exactement 32.235), contre 27.600 un an plus tôt. Le marché affiche donc une progression de 16,6 % par rapport à 1994, ce qui est supérieur aux prévisions établies l'an dernier par les constructeurs, qui tablaient initialement sur quelque 29.000 immatriculations. Déjà, en 1994, la hausse de 20 % du marché français du tracteur avait pris au dépourvu la plupart des fabricants qui, sur un marché déprimé, avaient fini par prendre l'habitude de revoir leurs objectifs à la baisse. « D'où les délais de livraison à rallonge dont furent souvent victimes les agriculteurs, qui ont immanquablement conduit à des reports de ventes sur l'année 1995 et qui gonfleront à nouveau les immatriculations sur le premier semestre 1996 », rapporte Dominique Opillard, le porte-parole de Sygma. Selon Claude Feuillatre, directeur des ventes chez John Deere France, les bons résultats obtenus en 1995 sont également à mettre sur le compte « du maintien d'une activité élevée dans l'ouest du pays et d'un redémarrage des investissements dans la grande culture (Bassin parisien, région Est) dans le courant du second semestre». Plus généralement, les constructeurs ont bénéficié d'un phénomène de renouvellement de matériel entamé dès le début de 1994, après avoir connu cinq années de vaches maigres. « Craignant pour leur avenir, bon nombre d'exploitants avaient préféré geler leurs investissements au début des années 90, d'où l'engouement actuel de ceux qui ont réussi à traverser la crise », souligne pour sa part Hubert Drieu, chez Renault Agriculture. Il est vrai que dans le même temps, le revenu des agriculteurs français rescapés a sensiblement progressé, affichant une hausse d'environ 10,5 % en 1995. L'an dernier, Renault Agriculture est resté le leader du marché hexagonal du tracteur, avec une part de marché de 16,5 %, en légère amélioration sur 1994. Mais la plus nette progression revient à John Deere, accédant à la deuxième place du podium, avec une part de marché de 14 %, contre 13,1 % un an plus tôt. Il est toutefois talonné par l'italien Fiat Agri et le canadien Massey-Fergusson, alors qu'en cinquième position arrive l'américain Case. Autre secteur ayant passé une bonne année 1995, celui des moissonneuses-batteuses où la dernière campagne, achevée en août dernier, s'est soldée par une hausse des ventes de 22 %, à 1.450 unités. « La campagne en cours est bien engagée », indique Dominique Opillard. A souligner, par ailleurs, la percée du matériel de manutention sur le marché agricole « liée à l'agrandissement des exploitations, qui nécessite un nouveau type de matériel » explique Hubert Drieu. « Ce marché est en augmentation de 20 % par an depuis trois ans », indique-t-on chez Manitou, qui réalise désormais un quart de son chiffre d'affaires dans le secteur agricole. Voilà pourquoi John Deere se félicite aujourd'hui de l'accord passé avec l'anglais Matbro, ce dernier fabriquant désormais des engins de manutention à la marque John Deere. Jean-Pierre Gratien

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.