Le cinéma n'aura pas le dernier mot dans la guerre des DVD

 |   |  371  mots
Alors que les camps Blu-ray (défendu par Sony) et HD-DVD (promu par Toshiba) s'affrontent depuis plus d'un an dans les rayons, l'heure des choix semble venue pour les grands studios de cinéma. Warner Bros, qui avait jusqu'à présent fait le choix prudent d'éditer ses titres sur les deux formats, a annoncé ce week-end opter définitivement pour le Blu-ray. Le PDG du groupe, Barry Meyer, a motivé cette " décision stratégique tournée vers le long terme " par le souci de mettre fin à la confusion qui déroute les consommateurs. Paramount avait fait de même, mais au profit du HD-DVD, l'été dernier. Des prises de position qui se seraient monnayées au prix fort, les consortiums HD-DVD et Blu-ray ayant obtenu ses appuis à coups de gros chèques (on parle de 100 à 150 millions de dollars). Ce qu'un représentant de Toshiba croisé au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas juge " possible ". La défection de Warner est un coup dur pour le clan HD-DVD.LES CONSTRUCTEURS EN PREMIERE LIGNELe HD Promotion Group a d'ailleurs annulé la conférence de presse qu'il devait tenir dimanche soir au CES. Il rallie désormais Universal et Paramount, alors que ses adversaires du Blu-ray se retrouvent avec Warner, Sony Pictures, Disney et 20th Century Fox dans son escarcelle. Peu prolixes, les représentants de Toshiba se sont contentés de se dire " déçus " par cette annonce au moment même où les ventes prennent un " fort élan ". Le constructeur japonais revendique 49,3 % des ventes de lecteurs en Amérique du Nord, contre 29,4 % pour Sony.Il paraît clair que la guerre des formats va se jouer sur le terrain des contenus, via les éditeurs. Mais, à l'inverse, les constructeurs de matériel (lecteurs et ordinateurs), prudents, sont nombreux à ne pas avoir pris position pour le moment, tels LG, Samsung ou encore HP, Acer ou Asus. L'avenir leur donnera peut-être raison. Selon une étude récente du cabinet américain ABI Research, les platines hybrides capables de lire les deux formats pèseront les deux tiers des ventes en 2012. Encore peu nombreux et chers, ces produits devraient se multiplier et voir les prix baisser avec la hausse des ventes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :