L'entreprise doit reprendre la parole

Moraliser le capitalisme, mieux le réguler... Les grands patrons présents à Davos ne sont pas contre. « Mais attention aux dérives protectionnistes, nationalistes, voire populistes », avertissait, en off, le président d'une grande multinationale suisse. Attention aussi à ne pas passer « d'un extrême à l'autre, d'une régulation insuffisante à une régulation excessive », expliquait, pour sa part, Hans-Paul Bürkner, le PDG du Boston Consulting Group Allemagne. « À vouloir trop encadrer le risque, on risque de le tuer. Or l'entreprise et avec elle, l'emploi, c'est au départ une prise de risque », précisait un banquier français un peu désabusé par la frénésie régulatrice du moment.C'est en fait plus généralement le retour, massif et universel, de l'État dans l'économie qui préoccupait les chefs d'entreprise présents à Davos. Là encore, ils reconnaissent qu'il a bien fallu passer par là pour échapper à la dépression. Mais ils craignent que son retrait ne soit très lent. Dans cette recherche d'un nouveau modèle, les entreprises sont prêtes à faire leur mea culpa. « Elles n'ont pas tenu leurs engagements à l'égard des consommateurs », analysait Maurice Lévy, le patron de Publicis. « Nous avons mal expliqué ce que nous faisions », reprenait Eric Mindich, un gestionnaire de fonds américain.Bref, face au risque d'un État omnipuissant et à celui d'une révolte de la société, les séminaristes de Davos se déclarent prêts à instaurer « un capitalisme plus responsable », selon l'expression de Hans-Paul Bürkner. « Les entreprises doivent reprendre la parole », ajoutait-il. « Elles doivent s'adresser directement à tous, à leurs salariés bien sûr, aux consommateurs aussi, mais également aux politiques. » Le discours n'est pas vraiment nouveau à Davos. Il prend néanmoins une nouvelle dimension dans l'après-crise. e. i. et f. l.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.