La locomotive chinoise poursuit sa course à un train d'enfer

 |   |  183  mots
La Chine semble avoir tout simplement ignoré la crise mondiale. Dernier indicateur en date qui témoigne de la bonne tenue de son économie, l'indice PMI des directeurs d'achats chinois calculé par la banque HSBC fait état, en septembre, de la plus forte expansion manufacturière dans le pays en cinq mois. Après une croissance économique qui devrait s'afficher à + 10,5 % en 2010 selon le Fonds monétaire international (FMI), elle devrait atteindre + 9,6 % en 2011. La consommation des ménages est restée modérée, autour de 6 %, et les exportations, grâce au yuan faible ont continué à progresser. Autrement dit, les autorités de Pékin gardent sous contrôle l'économie. « Le principal risque réside dans l'immobilier. Avec le ralentissement de la croissance et une politique soigneusement dosée du crédit, les flux d'investissement et les prix devraient s'infléchir d'ici à la fin de l'année », met en garde Hélène Baron, économiste chez AllianzGI Investissements. Toutefois, même « si la chute devenait trop rapide, les autorités gardent une marge de manoeuvre monétaire et budgétaire », explique-t-elle.Robert Jule

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :