Neopost s'affranchit de la baisse des marchés

LA VALEUR À SUIVREPour une valeur réputée cyclique, Neopost résiste plutôt bien à la morosité ambiante. Dans un marché baissier, le titre a gagné ce mercredi 0,79 %. C'est certes modeste mais cela permet de conforter l'avance du titre, qui grimpe de 4,5% depuis le début de l'année, sur la Bourse de Paris. Le numéro un européen des équipements de salles de courrier, qui réalise plus des deux tiers de ses revenus grâce à la vente de machines à affranchir, tient sa feuille de route. Pêle-mêle, le groupe a fait part d'un chiffre d'affaires trimestriel (février à avril) en ligne avec les prévisions du consensus et confirmé ses objectifs pour 2010. Du baume au coeurComme prévu, la croissance du chiffre d'affaires devrait osciller entre 0 % et 2 % tandis que la marge opérationnelle courante est attendue à 25,7 %. De quoi redonner du baume au coeur des investisseurs. D'autant qu'au cours du premier trimestre de l'exercice qui clôturera le 31 janvier 2011, Neopost a continué de gagner des parts de marché sur son concurrent américain Pitney Bowes. Durant la période, le groupe français a enregistré une hausse de 6,8 % de ses facturations à périmètre constant alors que son homologue a vu ses ventes reculer de 8 % aux États-Unis. Au total, son chiffre d'affaires trimestriel s'est stabilisé (+ 0,4 % à structure constante) pour atteindre 227 millions d'euros. Malgré un PER (cours/bénéfice par action) de 12,5, plus élevé que celui de Pitney Bowes (9,1), Neopost reste un placement attractif aux yeux des analystes de Gilbert Dupont. Les experts préconisent toujours d' « accumuler » les positions sur le titre. Ils valorisent la société 63,40 euros par action. F. M.+ 0,79 %

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.