un phénix pour diriger les sociaux-démocrates

 |   |  295  mots
Cinq jours après sa débâcle électorale, la sociale-démocratie allemande s'est donné un nouveau président : Sigmar Gabriel. Actuel ministre de l'Environnement, il remplacera officiellement Franz Müntefering, démissionnaire, après un congrès à la mi-novembre. L'an dernier, Sigmar Gabriel avait publié un livre, « Repenser la gauche, une politique pour la majorit頻, dans lequel il proposait une modernisation du SPD autour d'un programme social et écologique et la fin de la « danse du ventre » pour séduire le centre. Son ambition de rénovation ne sera pourtant pas simple : il sera attendu au tournant par les divers courants et sera « entour頻 de quatre vice-présidents. Mais Sigmar Gabriel connaît son SPD par c?ur. À 50 ans, il en est membre depuis trente-deux ans. Professionnel de la politique, il est élu depuis la fin des années 1980 d'abord dans son canton natal de Goslar, au centre du pays, puis au Parlement régional et au Bundestag. Voici dix ans, il incarnait la jeune garde de Gerhard Schröder dont il suit les traces en devenant à 40 ans ministre président de Basse-Saxe. Mais, en février 2003, il perd son poste après une déroute électorale dont il n'hésite alors pas à attribuer la cause à la politique de réforme de son ex-mentor. Le chancelier le remercie à sa façon : il est nommé « délégué pour la culture pop » au sein du parti. Ses camarades l'appellent « Siggy Pop », mais, lui, s'accroche et cultive ses réseaux. Du coup, en 2005, il incarne le renouvellement et décroche le portefeuille de l'environnement. Sa combativité légendaire séduit plus d'un membre du SPD, qui espère voir dans son passé la parabole de l'avenir de leur parti. R. G.Sigmar GabrielPrésident du SPD

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :