Hybrides : PSA, champion des véhicules diesel-électriques, devance les allemands

 |   |  508  mots
Aiguillonné par les super-bonus gouvernementaux en France, PSA a vendu 22.000 modèles hybrides l’an dernier environ dans le monde. Cocorico. Un beau score pour des véhicules uniques au monde, puisqu’ils combinent traction électrique et… moteur diesel, cumulant les avantages des deux technologies en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Seul le suédois Volvo va suivre la même voie, avec sa toute nouvelle V60 hybride rechargeable… PSA fait donc beaucoup mieux en ventes que les constructeurs allemands, lesquels se cantonnent aux véhicules hybrides (essence-électrique) de très, très haut de gamme avec des volumes en conséquence faibles à ce jour.Peugeot 3008, la plus priséeLe modèle PSA le plus vendu est le moins cher mais aussi le premier lancé (livraisons dès février 2012), à savoir la Peugeot 3008 Hybrid4 (8.000 ventes en 2012) émettant à peine 91 grammes de C02 (en version de base) pour 200 chevaux et avec une transmission 4x4. Soit presque 50 grammes de moins qu’une 3008 classique à gazole de 150 chevaux. Vendue à partir de 35.750 euros (tarif catalogue), la 3008 Hybrid4 bénéficie d’un super bonus de 3.575 euros. Vient ensuite la Citroën DS5 Hybrid4 (5.500 ventes en 2012) dotée de la même mécanique et proposée à 40.200 euros (-4.000 de super bonus). La Peugeot 508 RXH (break surélevé) totalise 5.000 ventes, suivie de la 508 berline ainsi gréée (3.500).Toyota, champion, suivi de HondaEvidemment, PSA est très loin du 1,13 million de véhicules hybrides (essence-électrique) de Toyota écoulés en 2012 dans le monde, ou des 135.000 Honda (sur onze mois). Mais, on ne peut comparer, car PSA est le deuxième producteur mondial de moteurs diesel, très prisés en Europe. Or, le diesel est déjà réputé réduire ses consommations et donc ses émissions de C02 par rapport à l’essence. Toyota et Honda opérant surtout dans des régions où le diesel est quasiment proscrit (Japon, Chine, Amérique du nord), il est logique qu\'ils aient misé sur une optimisation des moteurs à essence traditionnels avec l’apport de... l’hybride.1,2% du marché françaisSur le seul marché français, les immatriculations de véhicules hybrides ont représenté 17.500 unités sur neuf mois 2012, soit 1,2% du marché total. C’est en tbien davantage que les immatriculations de voitures électriques pures (4.339 sur neuf mois). Logique : s’il pâtit d’un surcoût à cause d’une technologie complexe, l’hybride a l’avantage de s’utiliser comme une voiture normale avec la même autonomie qu’un modèle thermique. Les perspectives de l\'hybride sont d\'ailleurs prometteuses dans le monde. PSA vise ainsi 40.000 unités par an en année pleine. D\'après une étude du cabinet PwC Autofacts, le marché des modèles thermiques-électriques devrait plus que doubler d\'ici à 2017, passant à 4,1% des ventes totales dans le monde.  Quatre fois plus que la voiture électrique, à l\'utilisation restreinte à cause de l\'autonomie réduite et du temps de recharge des batteries, qui ne pèserait alors que 1%, selon cette étude. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :