Irec gère les flux de visiteurs

 |   |  436  mots
Irec Ticketing Technology, à Jaunay-Clan (Vienne), vient d'entrer sur le marché des spas. La société vient, en effet, d'équiper le site de Ribeauvillé (groupe Lucien Barrière). « Nous assurons à la fois la gestion du public occasionnel, des abonnés et du résidentiel pour l'hôtel qui se trouve à proximité. Notre système contrôle l'accès du spa et des différents espaces : la balnéothérapie, la remise en forme, la beauté et les soins. Il gère également le secteur restauration à l'intérieur du site », détaille Éric Tomaszek, créateur de la société et actuel PDG. Pour Irec, nouveau marché et mise en place d'une nouvelle technologie, la RFID. Autrement dit, le visiteur achète et consomme sur place en payant avec le bracelet d'accès qui lui sert aussi de porte-monnaie électronique.Irec a vu le jour en 1988. L'année suivante, la société s'orientait vers l'industrie du loisir avec la création d'un système de gestion intégrée (ERP) pour le parc du Futuroscope. Depuis 1994, elle s'est installée sur le double marché du loisir et de la culture en France et en Europe. Parmi les grands sites qu'elle a équipés figurent notamment le Puy du Fou, le Marineland ou l'Aquarium de La Rochelle. Dans le secteur culturel, la société est intervenue au Centre Pompidou, au musée du quai Branly et sur l'ensemble des monuments nationaux...Deux pieds en ChineLa PME a aussi obtenu le marché du Comité international olympique, à Lausanne, pour la gestion des visiteurs au musée olympique et l'accueil réceptif du CIO. En 2002, Éric Tomaszek cherchait un ancrage à l'international. Il jette son dévolue sur la Chine. « Le lobbying américain était peu actif et la langue anglaise pas dominante », précise le PDG. Trois ans plus tard naît une filiale chinoise qui compte 35 collaborateurs. Aujourd'hui une quinzaine de sites touristiques de Pékin à Shenzhen en passant par Shanghai et Canton est équipée des technologies mises au point par Irec. « L'évolution des mesures sociales en fait un marché prometteur et une porte ouverte sur l'Asie du Sud-Est », constate le PDG.Avec les spas, l'entreprise a trouvé une nouvelle piste de développement qu'elle veut asseoir avec l'équipement des stades et des piscines. Deux stades sont déjà dotés de gestion de flux en Guinée équatoriale et en Côte d'Ivoire. Fort de trois implantations commerciales en France (Jaunay-Clan, Paris et Montpellier), de six points techniques et de sa filiale chinoise, le groupe emploie 80 personnes pour un chiffre d'affaires de 9,2 millions d'euros. Thierry Thomas

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :