Alstom profite de son accord avec le russe TMH

 |   |  376  mots
Philippe Mellier est un homme heureux, convaincu d'avoir fait le bon choix en misant sur la Russie. Le patron d'Alstom Transport a signé coup sur coup deux gros contrats avec son partenaire russe depuis un an, Transmachholding (TMH). La semaine dernière, un accord de 1 milliard d'euros a été conclu avec les chemins de fer russes, pour la livraison de 200 locomotives voyageurs en vue des Jeux olympiques de Sochi en 2014. Ce jeudi, pendant le forum des investissements du Kazakhstan, à Almaty, les deux alliés - Alstom boucle actuellement l'opération qui lui donnera 25 % du capital de TMH - ont signé un memorandum de coopération avec les chemins de fer kazakhs KTZ pour fournir 200 locomotives électriques de fret d'un montant total de 1 milliard d'euros.Locomotives électriquesUne affaire qui doit sans doute un peu à la visite de Nicolas Sarkozy en octobre dernier au Kazakhstan. Une société commune, détenue a 50 % par la société étatique KamCor et à 25 % par chacun des deux partenaires, sera créée dans les semaines à venir. Alstom, qui a mené ce projet, apportera sa technologie. Les premières unités seront assemblées en France, à Belfort, mais une usine sera bientôt construite au Kazakhstan, employant 300 personnes. En 2011, dix unités en sortiront. Dans cinq ans, 50 locomotives par an seront construites par ce site, avec 80 % de contenu local. « Nous voulons devenir un partenaire pour toutes les locomotives électriques de ce pays », a indiqué Philippe Mellier. L'objectif est d'exporter également ces produits vers la Russie, où l'écartement des voies est le même qu'au Kazakhstan (1,52 mètre), mais aussi dans les ex-satellites de l'URSS. « Dans deux-trois ans, nous pourrions songer à l'Europe de l'Est », avance le numéro un de TMH, Andrey Bokarev, satisfait de voir que l'accord avec Alstom lui offre de nouveaux produits et lui ouvre des marchés. C'est d'ailleurs cela qui a séduit KTZ, face notamment a Siemens et aux Chinois. « TMH et Alstom seront de bons partenaires pour nous, avec un produit adapté aux conditions climatiques extrêmes. Et les composants venant de Russie seront beaucoup moins chers que s'ils provenaient d'Allemagne ou de France », note Kanat Alpysbayev, numéro deux de KTZ. Ingrid Seithumer, a AlmatyAlstom boucle actuellement l'opération qui lui donnera 25 % du capital de Transmachholding.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :