2. Commercialisation  : des vendeurs mieux formés

Plus de clarté dans les produits financiers : c'est le leitmotiv de l'Autorité des marchés financiers (AMF). Cela se traduit depuis plusieurs années par une meilleure transparence des produits (les OPCVM devraient d'ailleurs rapidement bénéficier d'un nouveau cadre) et par la remise de plus en plus systématique d'informations écrites qui justifient les raisons qui ont présidé à la préconisation des produits.Autre bouleversement : l'amélioration du niveau moyen des « conseillers » des réseaux. À compter de juillet, chaque collaborateur de banque qui vend des produits financiers devra disposer d'une certification AMF. Elle sera obtenue après une évaluation de ses connaissances dans de vastes domaines touchant aussi bien au fonctionnement des marchés qu'à l'organisation du contrôle. Tous les nouveaux collaborateurs embauchés à compter de juillet pour les fonctions concernées devront avoir décroché cette certification. Mais une clause dite « de grand-père » exonère les personnels en poste... « La culture de l'évaluation n'est pas encore entrée dans les usages en France, constate Hélène Chardoillet, responsable de la certification chez First Finance, le premier organisme homologué par l'AMF pour délivrer ces certifications. Elle va permettre de faire évoluer en compétence les collaborateurs, de prémunir les établissements de certains risques (blanchiment, fraudes, défaut de conseil) et finalement d'afficher un label qualité valorisant auprès de leurs clients. » E. L.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.