Mariés (pas) pour la vie

Julie, 23 ans, se marie dans une semaine avec Nicolas, 28 ans. Il l'a demandée en mariage au bout d'un an de relation. Et depuis dix-huit mois, ils préparent activement leur union. Ce sera un « gros mariage », 500 personnes au vin d'honneur, 200 personnes à la réception, église, robe blanche et smoking. Pourquoi si vite, si tôt ? « Nicolas voulait se marier avant d'avoir des enfants. Et il souhaite être papa relativement jeune », explique Julie. Pour elle, « le mariage, c'est une chose à côté de laquelle je ne peux pas passer ». Qu'est-ce qui pousse ces enfants de divorcés, issus de familles recomposées ou élevés par des parents célibataires à se passer la corde au cou ? Et si c'était ça, justement : revenir aux valeurs que leurs parents avaient laissées de côté. Faire mieux qu'eux.La sagesse n'attend plus le nombre des années. La faute à la banalisation du divorce qui pousse les couples à se jeter dans le mariage plus facilement qu'avant. Si ça ne marche pas, au pire, on divorcera ! Sarah s'est mariée avec son premier amour à l'âge de 21 ans, le 7 juillet 2007, une date qui devait lui porter chance. Comme souvent, une nouvelle rencontre provoque la rupture. Elle divorce en avril 2008. En 1998, l'Insee dénombrait 3 divorces pour 1.000 mariages au bout d'un an ; en 2003, le double ! Et pour 1.000 mariages en 2002, 33 mariages se sont terminés par une séparation au cours de la troisième année d'union. Il n'est plus rare de passer en quelques années, parfois en quelques mois, de la mairie au tribunal.« On s'aime, on y croit et puis, après la sortie de la fusion amoureuse, un sentiment de solitude, un insidieux malaise, s'installe quelquefois. Comment y faire face et négocier le virage post-lune de miel ? interroge le psychiatre Christophe Fauré, dans son livre ?Ensemble mais seuls? [Éditions Albin Michel, 2009, Ndlr]. Une fois les repères pris, les stratégies de séduction abandonnées, l'histoire paraît acquise. Ainsi, de très jeunes couples évoluent dans une solitude effroyable à 25 ans. D'autres découvrent à 50 ans une solitude construite par usure, ennui, manque d'attention à l'autre et à ses propres besoins. » Pour lui, le problème ne vient pas d'un défaut de réflexion avant l'engagement mais plutôt du trop plein d'espoir et de l'absence du regard porté sur l'avenir, sachant que le mariage ne sera en aucun cas un remède contre l'angoisse. Souvent, c'est même l'inverse. Sans compter qu'il réactive des représentations anciennes, qui, si elles sont négatives, peuvent tout faire exploser.Et pourtant, comme chaque printemps, la saison des mariages bat son plein. Depuis quelques années, on sort le grand jeu. En témoigne le nouveau métier de « wedding planner » qui nous vient des États-Unis et commence à décoller en France tant les détails de l'organisation deviennent cruciaux. Si les unions libres avaient fait leur petit effet dans les années 1990, le mariage revient à la mode. Église, robe blanche, grosse réception, tout y passe ! Comme ce couple qui a organisé son faux mariage. Pas de mairie, pas d'église, juste une belle robe, la famille et les amis, tous présents pour les voir s'échanger leurs voeux dans le jardin familial. Désacralisé, le mariage devient presque un jeu... d'enfants ! Pour mieux s'éviter de « retrouver en soi, quelque chose qu'on n'a pas l'habitude de rencontrer dans notre société, où le bonheur vient de l'extérieur (du couple, des vacances aux Seychelles, de la consommation, etc.). Plus cette partie est habitée, moins on demande aux autres de nous remplir », poursuit Christophe Fauré. Les attentes déçues, l'espoir impossible de réparer les blessures du passé, le désir de fusion, l'absence d'objectifs communs font et défont les couples. Et poussent les uns et les autres à rechercher l'âme soeur d'un coup de clic. C'est une fois libérés de nos illusions qu'il est possible de retrouver l'harmonie et préserver ce qui a été construit ensemble. Alors mariage plus vieux, mariage heureux ?
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.