"Sans moi, Jérôme Cahuzac serait encore ministre du Budget"

 |  | 554 mots
Lecture 3 min.
« Le 21 févier, j\'étais entendu par les enquêteurs, et le soir même Manuel Valls disposait du PV de mon audition, où j\'indiquais clairement les mécanismes par lesquels Jérôme Cahuzac avait pu détenir un compte à la banque Reyl et Cie » a affirmé un ancien banquier suisse, ex associé gérant de Reyl Private office, Pierre Condamin-Gerbier. Auditionné ce mercredi par la commission d\'enquête parlementaire sur l\'affaire Cahuzac, ce banquier dit son étonnement : pourquoi, ainsi informé le 21 février, le ministre de l\'Intérieur a-t-il continué d\'affirmer en mars n\'avoir aucune connaissance de l\'affaire ?La justice, irréprochable, l\'administration fiscale et le gouvernement, inertesPierre Condamin-Gerbier distingue clairement l\'action de la justice française, qu\'il ne critique en aucun cas, de celle de l\'administration fiscale et du gouvernement, dont il dénonce l\'inertie. Pour lui, dès le 13 décembre, date de la publication par le journal suisse Le Temps d\'un article évoquant les liens entre Jérôme Cahuzac et Hervé Dreyfus, demi frère de l\'un des fondateurs de la banque suisse Reyl et Cie, l\'administration fiscale, était en mesure de cibler cet établissement. Où, à coup sûr, Jérôme Cahuzac avait eu un compte.Pour Pierre Condamin-Gerbier, l\'administration fiscale avait donc connaissance dès la mi décembre du lien entre Cahuzac et l\'établissement Reyl et Cie. Or, elle n\'a rien fait de cette information, puisqu\'aucune demande précise n\'a été transmise concernant cet établissement. «Il n\'est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir », affirme à plusieurs reprises l\'ancien banquier.« On n\'a pas posé la bonne question, à tel point que les enquêteurs qui m\'ont entendu le 21 février, m\'ont demandé de la formuler pour eux, afin d\'être sûr d\'obtenir les bonnes informations de la part de la Suisse ». Et l\'ancien banquier d\'ajouter : « sans mon témoignage, Jérôme Cahuzac serait encore ministre du Budget aujourd\'hui ». Une prise de position liée à l\'orientation politique de Pierre Condamin-Gerbier? Il s\'en défend. Certes, il éltait délégué de l\'UMP en Suisse. Mais il affirme avoir rompu avec ce parti depuis 2008.UBS pouvait ne pas savoirPierre Condamin-Gerbier ne connaît pas précisément le mécanisme via lequel Jérôme Cahuzac a obtenu son compte à la banque Reyl. Mais il formule quelques hypothèses.Il est fortement possible que Reyl, qui n\'était pas une banque jusqu\'en 2010, ait eu un compte « commun » à plusieurs de ses clients à l\'UBS. Si le compte a été ouvert avant le milieu des années 90, avant qu\'une législation anti blanchiment contraigne tous les établissements à avoir connaissance de l\'ayant droit économique du compte, il est fort possible que la banque UBS n\'ait jamais eu connaissance du nom de ce bénéficiaire. Donc, Jérôme Cahuzac a pu avoir un compte à l\'UBS sans que ses dirigeants le sachent. D\'où la réponse négative faite, début janvier, à l\'administration française, qui n\'avait interrogé que cette banque.>>> VIDEO  Affaire Cahuzac : Audition complète de Pierre Condamin-Gerbier - Banque Reyl  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :