La Hongrie tentée de sortir seule de la crise

 |  | 154 mots
Lecture 1 min.
Contrairement au reste de l'Europe, Budapest ne veut pas adopter une politique de rigueur pour assainir ses finances publiques. Le Premier ministre, Viktor Orban, qui a pris ses fonctions en mai après avoir gagné les élections sur fond de campagne populiste stigmatisant les institutions internationales et les spéculateurs comme responsables de la crise, est même tenté de se passer des aides du FMI et de l'UE au profit d'une « politique économique patriotique ». Mais avec une dette qui représente déjà 80 % du PIB le pari s'annonce périlleux, notamment pour réduire le déficit public à 3,8 % du PIB, comme Viktor Orban s'y est engagé. Sans l'aide du FMI, la Hongrie sera confrontée à de graves difficultés pour emprunter. Il a trouvé un bouc émissaire en la personne d'Andras Simmor, directeur de la banque centrale, accusé de maintenir les taux trop élevés (5,25 %). Ce dernier va voir son salaire amputé de 75 % !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :