L'Oréal protégé pour combien de temps ? ?

 |   |  459  mots
Officiellement chez L'Oréalcute;al, c'est « business as usual ». Mais dans les couloirs du siège de Clichy, « l'affaire » est au coeur des conversations. « Cela me fait pitié pour cette femme », soupirait un des salariés jeudi. « Heureusement qu'Agon [le directeur général du groupe, Ndlr] reste en dehors », affirmait un autre. « Non, nous n'avons aucune équipe dédiée mais pouvons répondre à toutes les questions simples », assure-t-on au service communication.En apparence, l'entreprise ne pâtit pas encore des déboires de Liliane Bettencourt. Le cours de Bourse ne dévisse pas. Il progresse au contraire de plus de 50 % depuis un an. Mais les salariés du groupe savent qu'ils ont fort à perdre. Pour le moment, Liliane Bettencourt garde le contrôle de ses 31,7 % du capital, même si elle en a cédé la nue-propriété à sa fille, Françoise Bettencourt-Meyers, depuis 1992. « Ma vie, c'est L'Oréalcute;al, j'ai toujours participé au développement de l'entreprise et je la protégerai jusqu'au bout », affirme celle qui a perdu sa mère à 5 ans et son père, Eugène Schueller, fondateur de l'entreprise, lorsqu'elle n'avait que 34 ans.Des candidats « protecteurs »Mais que se passera-t-il si un jour elle n'est « pas bien » (c'est-à-dire plus capable), comme le lui rappelle constamment son conseiller financier, Patrice de Maistre?? Lui et le professeur Gilles Brücker, ami d'enfance du photographe François-Marie Banier, tentent clairement, au vu des conversations enregistrées par le maître d'hôtel, de se faire désigner comme « protecteurs » par Liliane Bettencourt en prévision d'un état de faiblesse futur.Mais une mise sous tutelle n'est guère plus rassurante pour L'Oréalcute;al. Beaucoup dans l'entreprise se demandent si sa fille, une fois qu'elle aura hérité de la pleine propriété des actions, gardera le même attachement au groupe. « Oui, répond sans ambages un salarié, d'ailleurs elles siégeaient toutes les deux au même conseil d'administration de L'Oréalcute;al mardi dernier. » Pour le moment, Françoise Meyers ne s'est pas prononcée sur une éventuelle sortie du capital, mais se dit « viscéralement attachée à L'Oréalcute;al ».Autre point délicat pour les cadres dirigeants du groupe, les éventuelles ambitions de son mari?: Jean-Pierre Meyers. L'actuel vice-président du conseil d'administration a toujours été soupçonné d'avoir épousé Françoise pour son argent et pour prendre la direction, au moins non opérationnelle, du groupe. C'est là que Lindsay Owen-Jones, actuel président non exécutif, « fait office de garde-fou », explique un proche de Patrice de Maistre. Cela expliquerait l'attachement de Liliane Bettencourt, qui déteste son gendre, pour l'ex-PDG de L'Oréalcute;al. La vieille dame lui a fait cadeau... de 160 millions d'euros?! Sophie Lécluse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :