Mark Fields pourrait succéder en 2014 à Alan Mulally comme PDG de Ford

 |   |  583  mots
Un nouveau patron chez Ford, c\'est (presque) pour bientôt! Le constructeur auto américain a annoncé jeudi un remaniement de son équipe dirigeante avec la nomination d\'un vétéran du groupe, Mark Fields, au poste de directeur général adjoint. Mark Fields, 51 ans, conforte ainsi son statut de favori à la succession du PDG Alan Mulally, 67 ans, qui restera toutefois en poste jusqu\'à \"au moins 2014\".Le président non exécutif, Bill Ford, a répété à plusieurs reprises qu\'il espérait que le prochain patron du groupe à l\'ovale bleu serait issu des rangs du groupe, sans pour autant exclure de le recruter hors de l\'entreprise, comme il l\'avait fait il y a six ans en débauchant Alan Mulally chez Boeing. Alan Mulally, le patron traditionnellement le mieux payé de l\'industrie automobile mondiale, passe pour avoir relancé le constructeur de Detroit, qui a évité de se retrouver en 2009 sous la protection  de la loi américaine sur les faillites (Chapitre XI), contrairement à ses compatriotes GM et Chrysler.Dirigeant des activités opérationnellesA la tête jusqu\'ici des activités américaines du constructeur de Dearborn, Mark Fields sera chargé désormais de l\'ensemble des activités opérationnelles du consortium, tandis qu\'Alan Mulally sera responsable du \"développement stratégique à long terme\" du \"One Ford\", un programme qu\'il a impulsé pour réaliser des véhicules mondiaux et générer ainsi des économies d\'échelle, réduire les coûts et les délais de mise sur le marché. Mark Fiels a été successivement patron du constructeur japonais Mazda, contrôlé naguère par Ford, puis de PAG, le pôle haut de gamme du groupe américain qui regroupait jadis Jaguar, Land Rover, Volvo, Aston Martin, des marques cédées depuis.Parmi les autres nominations annoncées jeudi, Stephen Odell, actuel PDG de Ford Europe, se voit ajouter la responsabilité de la région Moyen-Orient et Afrique. Jim Farley, à la responsabilité du marketing et des ventes du groupe, reçoit en outre la gestion de la marque haut de gamme Lincoln, dont les ventes déclinent. Fortes pertes en EuropeFord a annoncé en début de semaine une perte (avant impôts) de plus d\'un milliard de dollars (750 millions d\'euros) en Europe sur les neuf premiers mois de l\'année, dont 468 millions sur le seul troisième trimestre! Le constructeur de Dearborn avait annoncé la semaine dernière qu\'il s\'attendait pour l\'année à une perte de plus d\'1,5 milliard de dollars ( un milliard d\'euros) sur le Vieux continent, où il va fermer son usine belge de Genk et celle de Southampton en Grande-Bretagne. Le groupe automobile du Michigan se rattrape heureusement sur le marché nord-américain, où il engrange 6,47 milliards de dollars (4,9 milliards d\'euros) de profit (+22%, avant impôts) sur neuf mois, avec une super marge de 11,2%. Du jamais vu depuis une douzaine d\'années au moins, se félicite le constructeur.Au bilan, grâce aux énormes profits engrangés outre-Atlantique où son pick-up F \"Full Size\" à fortes marges est le véhicule le plus vendu depuis presque trente ans, Ford a gagné dans ses activités automobiles 4,99 milliards de dollars  (avant impôts) sur neuf mois, en recul néanmoins de 13%. La marge moyenne est de 5,9%. Le résultat net du groupe chute de 38% sur neuf mois à 4,07 miillards (3,1 milliards d\'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :