Frédéric Bedin renouvelé à la tête de CroissancePlus

 |   |  561  mots
Frédéric Bedin, directeur général du groupe de conseil en communication Public Système Hopscotch, a dû demander l'accord à son entreprise pour rempiler une nouvelle année à la tête de CroissancePlus, qu'il préside depuis 2008. « Ce sont les entreprises de croissance qui créent de l'emploi. Les 350 entreprises de CroissancePlus ont créé 50.000 emplois ces cinq dernières années », souligne le président. Une année supplémentaire qui l'amènera, accompagné des deux vice-présidents, Jean-René Boidron (Greengo), réélu, et Olivier Duha (Webhelp), jusqu'à la troisième édition, au printemps 2011, de la manifestation « CroissancePlus Spring Campus » qu'il a lancée en 2009. On sera à un an de l'élection présidentielle. L'édition 2010 a rassemblé à Avoriaz 200 entrepreneurs et près d'une trentaine de personnalités des mondes politique, économique, syndical, ainsi que des membres de la société civile, afin de réfléchir à des pistes de création d'emplois. L'association vient également d'élire les quinze membres de son comité directeur pour la période 2010-2012, composé de douze entrepreneurs et de trois partenaires : Crédit Agricolegricole Private Equity, Michael Page International et le cabinet d'avocats JeantetAssociés. Créée en 1997 par Denis Payre, CroissancePlus s'est fortement développée ces dernières années. « Les membres qui nous rejoignent aujourd'hui sont plus importants et plus dynamiques », explique Frédéric Bedin. « La crise est très violente. On fait du judo avec la crise. On se sert de son énergie pour grandir. L'adversité oblige à se secouer », ajoute-t-il. Sur tous les frontsPour son mandat 2008-2010, l'association a été sur tous les fronts : mise en place du médiateur de crédit, suppression de la taxe professionnelle, création d'un médiateur de la sous-traitance, réforme d'Oséo, prolongation du dispositif du crédit d'impôt recherche, mise en place du statut d'auto-entrepreneur. Elle a mis en place un baromètre trimestriel sur la conjoncture des entreprises de croissance. CroissancePlus s'est également fortement impliquée dans l'instauration d'un médiateur des délais de paiement, le développement de l'emploi des seniors, le transfert des charges sociales vers la TVA, la mise en place d'un système fiscal inspiré du dispositif britannique Enterprise Investment Scheme pour l'investissement dans les PME. Frédéric Bedin est membre du Fonds stratégique d'investissement (FSI). Il a représenté CroissancePlus dans les débats sur le grand emprunt et les États généraux de l'industrie où il présidait le groupe de travail « innovation et entrepreneuriat ». Mais « nous avons encore beaucoup de frustrations », indique le président du mouvement. « Le taux d'imposition sur les sociétés est en France le plus important des pays d'Europe. Nous demandons qu'il soit aligné sur celui des pays voisins. Nous demandons également le transfert sur la TVA d'une partie des charges sociales, notamment des charges salariales. Les Anglais viennent de le faire pour améliorer l'attractivité de leur territoire. Les Allemands le font. » Il demande « plus de fléchage de l'investissement vers les entreprises de croissance. Et quand un business angel investit dans une entreprise, il faut un abondement de l'État », ajoute le président. « Il faut faire des circuits courts et des systèmes directs pour créer des emplois tout de suite », tance t-il. Un lobby CroissancePlus ? Un « think tank » ? Ou tout simplement des « citoyens éclairés » ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :