Une diplomatie européenne en quête de fonds

 |   |  329  mots
Il y a cinq ans, Bruxelles dépensait plus pour nettoyer ses bâtiments que pour sa diplomatie. Alors que les femmes de ménage de la Commission et du Parlement coûtaient près de 90 millions d'euros par an, la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) disposait d'à peine 62 millions d'euros de budget. Les 27 ont mis fin à cette aberration il y a trois ans, en dotant la PESC de 250 millions d'euros annuels. Et avec la création d'un véritable service diplomatique, sous la houlette de la Britannique Catherine Ashton, les eurodéputés souhaitent porter l'enveloppe à 500 millions. « Pour être crédible, la réforme de la diplomatie européenne exige un doublement du budget actuel de la PESC », déclare à « La Tribune » Alain Lamassoure, président de la Commission du budget du Parlement européen. Les eurodéputés doivent examiner aujourd'hui à Bruxelles les implications budgétaires du futur Service européen pour l'action extérieure (SEAE). « Le SEAE sera assimilé à une institution, de sorte qu'il disposera de l'autonomie budgétaire », précise un projet de règlement européen. Le budget de la PESC sert principalement à financer des opérations civiles de résolutions de conflits comme au Kosovo, en Afghanistan, en Irak ou au Congo. Avec la montée en puissance de l'Union, les besoins opérationnels ne cessent de croître. Mais si Catherine Ashton veut réellement peser sur la scène internationale où, selon une source américaine, « il faut payer pour jouer », elle devra surtout profiter de sa casquette de vice-présidente de la Commission. Bruxelles dispose en effet de 7 milliards d'euros pour ses relations extérieures, en matière d'aide au développement et de coopération régionale, actuellement distribués de manière dispersée. De la capacité de Catherine Ashton à apparaître comme « celle qui signe les chèques », dépendra la portée de sa voix dans le monde. Yann-Antony Noghès, à Bruxelle

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :