La bataille d'Île-de-France est lancée

 |   |  301  mots
égionalesEn mars 2010, Jean-Paul Huchon espère rempiler pour un troisième mandat à la présidence de l'Île-de-France. Il devrait d'ailleurs être sans concurrent, lorsque les militants socialistes se prononceront le 1er octobre sur le nom de leur candidat aux régionales. À gauche, le président de la région n'est pourtant pas le premier à se déclarer. Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts, a déjà manifesté son souhait de mener une liste autonome au premier tour alors même que les écologistes appartiennent à l'actuelle majorité régionale présidée par Huchon. Patrick Braouezec, député communiste de Seine-Saint-Denis et président de la communauté de communes de La Plaine Saint-Denis, envisage également de se déclarer...Pécresse à l'abordageCette annonce de Jean-Paul Huchon intervient alors que la candidate UMP à la présidence de la région, Valérie Pécresse, lancera officiellement ce dimanche à Paris la campagne de la majorité. Elle le fera en présence de Xavier Bertrand, le secrétaire général de l'UMP, et du député et maire de Meaux, Jean-François Copé, candidat malheureux contre Huchon en 2004. Le patron du groupe UMP de l'Assemblée n'exclut d'ailleurs pas une « majorité de progrès » regroupant UMP et écologistes dans certaines régions, dont l'Île-de-France?Dès à présent, la gauche a trouvé un angle d'attaque pour s'opposer à l'UMP et donc à Pécresse : la réforme du Grand Paris jugée attentatoire à la décentralisation. Cet après-midi, Christian Blanc, le secrétaire d'État à la Région capitale, doit recevoir Jean-Paul Huchon pour évoquer le projet de loi. Hier, le bureau du syndicat Paris Métropole, qui regroupe Paris, la région et des villes de banlieue, principalement de gauche, s'est réuni pour évoquer une contre-offensive. Patrick Coquidé

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :