Au delà du traité transatlantique, l'avenir de l'Europe est en jeu !

 |   |  779  mots
L\'ouverture des négociations sur le traité transatlantique de libre-échange, voilà une chance pour l\'Union Européenne d\'affirmer son rêve et sa puissance. Bien sûr, va se jouer dans les prochains mois une intense bataille commerciale, déjà bien entamée, entre les deux grands marchés du Monde globalisé, l\'Union Européenne et les Etats-Unis d\'Amérique. Bien sûr, le futur de pans entiers de nos économies va être arbitré principalement dans des régulations que l\'on espère équitablement négociées. Bien sûr la Chine, la Russie, l\'Inde et les autres vont observer et ajuster leurs propres positions dans leurs propres négociations bilatérales avec les deux espaces. Mais au fond, si dans cette démarche commerciale se joue un épisode de la guerre économique planétaire, l\'Europe doit comprendre qu\'elle joue, très au delà, son avenir en tant qu\'ensemble et puissance politique et identitaire.L\'Europe doit s\'incarner en puissance politiqueUn nouveau paradigme est né aux USA autour de la révolution énergétique du gaz de schiste. La Chine s\'incarne de plus en plus en Empire du Milieu et projette désormais sans fard son « rêve chinois ». La Russie ne relâche rien de sa diplomatie énergétique et réécrit progressivement sa géographie de proximité, notamment sur les bords orientaux de l\'Union. D\'autres acteurs désormais majeurs, Inde, Brésil, pays du Golfe ... affirment de plus en plus leurs propres narrations du Monde.Au delà de l\'avenir du très prisé marché européen, l\'Europe joue une grande partie de son destin global. Première puissance économique du monde, elle doit s\'incarner en puissance politique et diplomatique de premier plan. Pas d\'accord pour un accord. L\'accord doit être ambitieux, créatif et sans cesse habité de l\'envie de promouvoir le rêve d\'une Grande Europe, puissante, riche et au pouvoir d\'un monde devenu multipolaire dans ses ambitions compétitives.  Or le risque demeure que rien ne se déroule ainsi.La tentation d\'aller viteOn peut d\'abord craindre qu\'une Commission en fin de mandat soit tentée d\'aller vite. Pour de mauvaises et de bonnes raisons. Mauvaises, pour conclure l\'accord avant de partir fin 2014. Bonnes, car pendant ce temps, les USA négocient parallèlement le TransPacific Partnership, un autre accord de libre échange avec la Chine et 8 pays asiatiques et pacifiques en compagnie de du Mexique et du Canada, et il ne faut pas que cet accord autour du Pacifique soit conclu avant celui de l\'Atlantique. Si l\'Europe parvient à conclure de façon équitable avec les USA avant que ceux-ci clôturent le deal avec la Chine, nous serons tous collectivement dans une bien meilleure position pour traiter avec la Chine. Dans le cas contraire ce seront les Etats-Unis qui seraient en mesure de nous imposer les bases du fonctionnement de l\'accord TPP.Surmonter les divisions nationalesAutre zone de risque, les pays membres eux-mêmes et leurs divisions nées d\'intérêts particuliers souvent insuffisamment discutés en amont. L\'Europe doit impérativement surmonter ses divisions nationales et programmer des priorités stratégiques communément partagées. L\'efficacité et la célérité peuvent créer un succès décisif pour la croissance et le destin futur de l\'Union à condition pour les pays européens de promouvoir ensemble une vision stratégique globale face à celle des USA. Londres, Berlin et Paris, pour ne parler que de 3 des 28, le peuvent-ils ? Le doute demeure.Au delà de la guerre commerciale, c\'est de notre destin à tous, citoyens européens, qu\'il s\'agit. Cette partie est décisive. Elle se joue sous le regard des autres compétiteurs qui vont scruter forces et faiblesses à l\'aune de l\'échec du multilatéralisme commercial et d\'un renouveau, violent, du bilatéralisme. L\'Europe doit montrer à ses citoyens et aux autres acteurs qu\'elle est unie et forte. Qu\'il faut compter avec elle aujourd\'hui et plus encore demain. Ni l\'Allemagne, madame Merkel, renouvelée dans ses envies de puissance, ni aucun autre pays européen ne pourra résister, seul, aux batailles en série de la guerre économique. Cet accord sera le révélateur de la vitalité de l\'ambition et du rêve que nous partageons depuis plus d\'un demi-siècle et qui, lui, n\'a pas de concurrent dans le monde contemporain peut-être même dans l\'histoire. Valorisons le ! 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :