Le géant SingTel cherche de nouveaux relais de croissance

 |   |  329  mots
Au départ, l'équation était simple pour SingTel. L'opérateur de télécoms de Singapour devait impérativement croître au-delà de ses frontières car son marché domestique, dont les cinq millions d'habitants sont presque tous dotés d'un téléphone portable, promettait d'être vite saturé. Avec son principal actionnaire, le fonds souverain Temasek, SingTel est parvenu à ses fins : à force d'investissements dans des opérateurs régionaux, le groupe est devenu numéro un en Asie du sud-est en termes de revenus. Sa capitalisation de 39 milliards de dollars reflète cette puissance : c'est la première de la Bourse de Singapour.En 2010, sa base de clients dans la téléphonie mobile (filiales comprises) a bondi de 34 %, à 383 millions d'abonnés. Hors de Singapour où il compte 3,2 millions de clients, SingTel détient des participations comprises entre 21 % et 47 % dans Bharti Airtel (Inde), Advanced Info Service (Thaïlande), Warid (Pakistan), Pacific Bangladesh Telecom, Telkomsel (Indonésie) et Globe Telecom (Philippines). SingTel est aussi présent en Australie via sa filiale Optus qui livre une guerre sans merci au leader national Telstra. Au trimestre dernier, Telstra a beaucoup investi, amputant sa marge bénéficiaire, pour contrer Optus, qui a attiré 150.000 nouveaux abonnés. Mais la compétition entre opérateurs est rude dans les autres pays où SingTel est implanté. Résultat : au trimestre dernier, la contribution des participations étrangères aux profits du groupe a chuté de 12,8 %, notamment en raison du rachat des activités africaines du koweitien Zain par Bharti Airtel. AcquisitionsLe singapourien est toutefois parvenu à dégager un résultat net stable (+ 0,8 % à 578 millions d'euros). SingTel a promis d'investir dans le multimédia et les services à haute valeur ajoutée et fera évoluer son activité « au-delà des télécoms ». Sa présidente, Chua Sock Koong ne renonce pas à « chercher (des acquisitions) sur les marchés émergents », mais, en matière de rachats, entend mettre l'accent sur de « nouveaux segments et de nouvelles technologies ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :