Lagardère veut concentrer ses activités

Arnaud Lagardèrerave;re, présentant mercredi soir les résultats de son groupe, a promis d'effectuer cette année des ajustements de périmètre. Il entend céder les activités offrant une « croissance limitée », ainsi que les « participations minoritaires ». « Cela concerne tout le monde : EADS, Canal Plus, Amaury, Marie-Claire... Nous avons vocation à être majoritaires, voire à contrôler ». Le groupe essaiera donc de prendre le contrôle (« sauf dans les cas d'EADS ou Canal Plus »), et, à défaut il vendra, a-t-il expliqué. Il a aussi promis d'être « plus sélectif à l'avenir, en abandonnant les activités où une position de leadership n'est pas en vue ». Il continuera à rechercher des « partenariats » dans les magazines à l'international.acquisition En parallèle, il a aussi indiqué négocier une acquisition dans le sport aux états-Unis « symbolique mais qui représente un montant non significatif », alors que jusqu'à présent, les acquisitions étaient « gelées ».Pour l'exercice en cours, Lagardèrerave;re prévoit une « stabilit頻 des recettes publicitaires. D'ores et déjà, ces dernières sont en légère croissance au premier trimestre en France dans la presse (Elle, Paris Match, le JDD...), la télévision (Gulli, Virgin 17..) et la radio (Europe 1, Virgin...) - hormis les radios musicales qui sont en recul. Selon Arnaud Lagardèrerave;re, « l'environnement publicitaire est meilleur qu'il a été, mais reste mauvais. On parle d'une croissance de 0 % à 3 % en 2010, mais de quel niveau part-on ? ». Avec cette hypothèse de stabilité, un bénéfice opérationnel en baisse de 10 % est prévu pour les activités médias. Un recul notamment dû à la baisse des bénéfices dans l'édition. Cette activité a en effet connu une année 2009 « fantastique », avec un bénéfice opérationnel en hausse de 24 %, grâce aux livres de Stephenie Meyer (« Twilight »). Sans tenir compte du « retour à la normale » de l'édition, le bénéfice opérationnel devrait en 2010 être en « très légère hausse à change constant ». Les résultats 2009 publiés mercredi montrent une forte chute de la rentabilité, tant au niveau opérationnel (? 29%) qu'en net (divisé par 4). Le bénéfice opérationnel (461 millions, dont 301 issus de la seule branche Livres) est notamment inférieur aux attentes des analystes (494 millions). Un recul essentiellement dû à l'effondrement des bénéfices de la branche Active (presse, radio et télévision), qui a été à peine rentable. La marge opérationnelle en presse écrite est passé de 7 % à 0,3 %, celle en radio-télévision de 18 % à 2,4 %. Quant au chiffre d'affaires, il a reculé de plus de 10 % pour la radio en France, mais a été en «légère baisse» dans la télévision. Toutefois, le groupe souligne que le bénéfice opérationnel hors Active a été en hausse de 1,1%, soit mieux que la fourchette promise (un recul de 0% à 10%). JAMAL HENNIarnaud lagardère ne veut plus être minoritaire dans canal PLus, eads, amaury et marie claire.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.