Le marché mondial du mobile amorce sa sortie de crise

 |   |  466  mots
téléphonie mobileL'annus horribilis promise au marché du mobile n'aura pas lieu. La récession mondiale avait affecté le secteur dès l'automne dernier et tous les grands fabricants de téléphones portables se préparaient à la première baisse du marché depuis 2001. Mais après trois trimestres consécutifs de recul significatif (? 4,6 %, ? 9,4 % et ? 6 % par rapport aux mêmes trimestres un an plus tôt), les ventes de mobiles dans le monde ont cessé de refluer au troisième trimestre, selon les chiffres du cabinet d'études Gartner publiés hier. La reprise ne fait que s'amorcer (+ 0,1 %) mais pour Carolina Milanesi, la responsable des études du cabinet, « si beaucoup de constructeurs et d'observateurs du secteur pointent une baisse des ventes dans les circuits de distribution, nos données sur le marché final montrent que l'année 2009 sera plutôt étale qu'en retrait par rapport à 2008 ». Jusqu'à présent, Gartner anticipait un recul proche de 4 % des ventes réalisées auprès des utilisateurs et de 10 % des volumes écoulés auprès des grossistes. Le leader mondial, Nokia, a relevé ses prévisions le mois dernier : il table sur une contraction de 7 % du marché, contre 10 % redouté auparavant.faiblesse de NokiaSi le marché sort progressivement de la crise, le segment des smartphones continue de croître à deux chiffres (+ 12,8 %). Le BlackBerry de RIM et l'iPhone d'Apple demeurent les vedettes du secteur, avec respectivement 20,8 % et 17,1 % de parts de marché, pendant que Nokia ne cesse de perdre du terrain sur ce créneau lucratif, où il ne pèse plus que 39,3 % contre 45 % trois mois plus tôt, faute de produits séduisants. « Nokia a désespérément besoin d'un portefeuille plus étoffé dans le haut de gamme, là où se génèrent les profits », observe Carolina Milanesi. Le géant finlandais vient même d'être détrôné par Apple en tant que fabricant le plus rentable du secteur : selon les calculs du cabinet Strategy Analytics, Apple a dégagé 1,6 milliard de dollars de profits avec son iPhone au troisième trimestre, devant Nokia à 1,1 milliard. Or ce dernier se targuait encore il y a un an de réaliser 61 % des bénéfices opérationnels du secteur ! L'irrésistible ascension de l'iPhone fait aussi de l'ombre au BlackBerry : pour la première fois, le téléphone d'Apple a dépassé celui de RIM en Europe de l'Ouest. « Pour RIM, la menace vient aussi des téléphones sous Android : il doit diversifier son portefeuille pour le grand public et concevoir un meilleur moteur de recherche », estime l'analyste de Gartner. Si les mobiles sous Android, le système d'exploitation (OS) de Google, occupent une place encore modeste (3,5 % du marché), Gartner prédit que cet OS grimpera à la deuxième place d'ici à 2012, derrière le Symbian de Nokia.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :