Lagarde positionnée pour la présidence de l'Eurogroupe

 |   |  519  mots
Union européenneLe nom de Christine Lagarde recommence à circuler dans les milieux européens. Il y a six mois, on lui prêtait un avenir de commissaire à la Concurrence. On parle à présent d'elle pour la présidence de l'Eurogroupe. Le mandat de Jean-Claude Juncker court jusqu'à septembre. Mais le Luxembourgeois est candidat à la présidence du Conseil européen. La semaine dernière, il n'était plus le favori, Paris et Berlin faisant campagne pour le Belge Herman Van Rompuy. Mais sa cote « remonte », assure un diplomate européen. Il sera fixé au plus tard lors du sommet extraordinaire du 19 novembre. S'il était l'heureux « élu », il faudrait sans tarder lui trouver un remplaçant.Même si la présidence de l'Eurogroupe ne se libérait que dans dix mois, l'Élysée, où l'on est obsédé par les postes économiques, a d'ores et déjà de bonnes raisons de s'y intéresser. Au sommet européen d'octobre, le président de la République a confirmé la désignation de Michel Barnier dans le collège Barroso 2. Mais Paris, qui convoite pour lui le portefeuille du marché intérieur comprenant les services financiers, n'est pas du tout sûr d'avoir gain de cause.La donne aurait été évidemment différente si le choix élyséen avait porté sur Christine Lagarde, au lieu de se faire sur Michel Barnier. D'une part, parce qu'elle jouit d'une excellente image à Bruxelles. D'autre part, parce que José Manuel Barroso, maître du jeu dans la distribution des portefeuilles, est désespérément à la recherche de femmes pour sa nouvelle équipe. Déjà, en 2004, il avait menacé les capitales dans ces termes : « Si vous ne m'envoyez pas une femme, je ne vous donnerai pas le portefeuille que vous seriez très content d'avoir », a-t-il rapporté à « La Tribune ».billard à 27 bandes Le président français a toutefois préféré garder Christine Lagarde en réserve. En restant à Bercy, elle se positionne dans la partie de billard à vingt-sept bandes en cours. Seul un (ou une) ministre des Finances pourra piloter l'Eurogroupe. Son homologue et concurrent, le Belge Didier Reynders, l'un des prétendants à la succession à Jean-Claude Juncker, devant nécessairement se retirer en cas de nomination d'Herman Van Rompuy à la présidence du Conseil, elle n'est donc pas si mal placée pour devenir la présidente de l'Eurogroupe.Depuis des années, Nicolas Sarkozy brûle d'être celui qui fera avancer la gouvernance économique européenne. Comme ministre des Finances, il a été à l'origine de la présidence stable de l'Eurogroupe. Devenu chef d'État, il s'y est invité en 2007, a organisé le premier sommet de la zone euro en octobre 2008 puis a tenté de garder la main dessus au-delà de la présidence française de l'Union européenne. « J'ai plusieurs idées en la matière, mais ce n'est pas le moment, ce n'est pas le lieu pour les mettre sur la table », déclarait-il fin 2008. Ce qui ne veut pas dire qu'il ait renoncé à son ambition. D'où l'intérêt que la France préside l'Eurogroupe? n

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :