Abstention et vote sanction au premier tour

 |   |  683  mots
L'UMP a subi un échec au premier tour des élections régionales, que les responsables du parti présidentiel ont aussitôt cherché à relativiser en mettant en exergue le taux d'abstention record supérieur à 52 %. Une démobilisation qui est le signe d'un vote de crise, tout comme le regain du Front national d'extrême droite.Pour mémoire, seules les élections régionales de 1998 avaient suscité une mobilisation très faible, avec 42,3 % d'abstention dans un scrutin à un seul tour. En 2004, au premier tour, l'abstention avait été de 39,16 %. Avec 26,7 % à 27,3 % des voix, selon les estimations des instituts de sondage, l'UMP a enregistré un net reflux par rapport au « socle d'or » de 31 % établi par Nicolas Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle de 2007. Intervenant en direct de l'hôtel Matignon, François Fillon a affirmé que « rien n'est jou頻 pour le second tour, dimanche prochain. « Les réserves existent partout, ce sera très serr頻, a dit en écho le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, sur TF1.Le Premier ministre, qui avait participé, avant l'annonce des résultats, à une réunion à l'Élysée autour de Nicolas Sarkozy, a souligné que « la faible participation ne permet pas de tirer un enseignement national du scrutin ». Dès la veille du vote, le chef de l'État avait aussi affirmé que le scrutin des 14 et 21 mars ne pouvait avoir que des « conséquences régionales ».Depuis 2004, vingt-quatre régions sur vingt-six étaient gérées par la gauche (vingt en métropole et quatre en outre-mer), seules l'Alsace et la Corse étant dirigées par la droite.Avec 29,1 % à 30 % des voix, le Parti socialiste retrouve son statut de premier parti de France. La première secrétaire du PS, Martine Aubry, a salué « un des plus hauts niveaux historiques » atteints par son parti et a appelé à « amplifier » le vote au second tour. Pour l'ex-patron du PS, François Hollande, la gauche est de plus « particulièrement forte dans toutes ses composantes », Europe Écologie obtenant environ 13 % des suffrages et le Front de gauche plus de 6 %. Il faut « un rassemblement de toutes les forces de gauche pour que le résultat du second tour puisse être un signe de confiance à l'égard des régions [...] et aussi un message clair à l'endroit du président de la République », a-t-il dit.Le retour de SégolèneD'où l'importance des tractations qui vont s'engager pour conclure des alliances avant mardi soir, date limite de dépôt des listes pour le second tour, dimanche prochain. L'écologiste Daniel Cohn-Bendit s'est dit « optimiste ». Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, a souligné qu'elle allait « discuter d'un accord exigeant sur le fond » avec ses partenaires de gauche.Le scrutin sera lourd de conséquences à gauche, dans la perspective de l'élection présidentielle. Il constitue le premier acte des primaires pour la désignation du candidat socialiste de 2012. À cet égard, le score très élevé de premier tour réalisé en Poitou-Charentes par Ségolène Royal (39 %) signe le retour de l'ex-candidate à la présidentielle de 2007. Dimanche soir, elle a appelé à un « vote d'espérance » au second tour.effondrement du modemLa gauche est de plus provisoirement libérée de la menace du Modem, qui s'effondre, avec 4 % des suffrages. Le parti de François Bayrou avait présenté des listes dans toutes les régions.La situation est tout autre pour le Front national, qui, avec 12 % des suffrages, devrait être en mesure de se maintenir dans plusieurs régions et compliquer ainsi davantage la tâche de l'UMP. Le parti d'extrême droite, qui a fait campagne sur le rejet du sarkozysme, surfant de plus sur l'échec du débat sur l'identité nationale initié par l'ex-socialiste Eric Besson, retrouve presque son niveau de 2004 et redevient une menace pour la stratégie de rassemblement conduite par le chef de l'État depuis la campagne de 2007. « Les électeurs français ont refusé de manière très claire la bipolarisation forcée. Ils ont remis clairement le Front national dans le jeu », s'est félicitée Marine Le Pen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :