Grand Paris : « Un accord est possible en janvier »

 |   |  471  mots
STRONG>Jean-Paul Huchon, président (PS) du Conseil régional d'Île-de-FranceEn décidant de poursuivre l'instruction et de renvoyer sa décision à début 2011, le Conseil d'Etat a accordé un répit au président PS de la région Île-de-France, menacé d'inéligibilité pour une campagne de publicité sur les transports régionaux réalisée six mois avant les élections. Jean-Paul Huchon préside jusqu'à vendredi l'examen du budget 2011 de la région.Dans quel état d'esprit allez-vous ouvrir ce débat budgétaire ?Je vais d'emblée indiquer que nous avons des décisions importantes et urgentes pour les Franciliens à adopter, 274 amendements à examiner. Le débat ne sera pas plus tendu que d'habitude. Sur le fond, je suis plutôt confiant, pour une raison très simple : je n'ai pas commis de faute. Pour l'heure, l'important est que le Conseil d'Etat ait souhaité poursuivre l'instruction. Au-delà des critiques ad hominem que je n'ai pas spécialement appréciées, j'observe aussi que j'ai reçu énormément de témoignages de soutien, et pas seulement à gauche. En quoi votre budget 2011 facilite-t-il une sortie de crise pour les Franciliens ?Parce que c'est un budget keynésien, qui ne se livre pas à une imitation de la RGPP, mais qui renforce les crédits d'investissement dans les grands secteurs créateurs d'emplois que sont le logement et les transports. Il soutient aussi l'activité économique, notamment les PME, et met en oeuvre le bouclier social.L'UMP parle d'une baisse des dépenses d'investissement...Et bien je peux vous annoncer que, grâce aux amendements proposés par tous les groupes de la majorité, et compte tenu du maintien de notre notation triple A, nous allons proposer au cours du débat d'allouer 40 millions de plus pour les lycées et 21 millions de plus pour le logement. Par ailleurs, nous allons augmenter de 6 millions les crédits de fonctionnement dédiés à la formation professionnelle.Selon vous, région et gouvernement sont « à la veille d'un accord » sur les projets Arc Express et Grand Paris. Quand sera-t-il conclu ?Si tout le monde travaille de bonne foi, je crois qu'un accord est possible en janvier. Mais cela suppose que soient réunies trois conditions. D'abord qu'il y ait accord sur le tracé. Cela est bien parti, puisque la proposition que j'ai faite le 15 novembre a été accueillie avec beaucoup d'intérêt par le gouvernement. Ensuite, que le schéma directeur de la région soit validé. Il devrait faire l'objet d'une proposition de loi début 2011. Enfin, que le projet soit bouclé financièrement. A cet égard, le vote du collectif budgétaire au Parlement devrait apporter des recettes supplémentaires, par le biais du versement transport et de la redevance sur la création des bureaux. Propos recueillis par Stéphanie Tisserond

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :