Le président roumain félicite Renault pour ses investissements... à l'Est

 |   |  448  mots
Ca va faire tousser la CGT, voire le gouvernement français. Le président roumain Traian Basescu félicite en effet Renault pour... ses investissements! Lors d\'une rencontre avec des responsables de Renault à Bucarest, le chef de l\'Etat roumain a exprimé, mercredi, \"sa satisfaction pour les investissements de deux milliards d\'euros faits par Renault en Roumanie et pour les 18.000 emplois créés\", a indiqué la présidence dans un communiqué. Le constructeur automobile roumain Dacia, créé par le \"Conducator\" communiste Ceaucescu dans les années 60 avec l\'aide du groupe français, a été racheté à la fin des années 90.Une privatisation réussieCe rachat, vilipendé régulièrement par certains politiques et syndicalistes français qui accusent l\'ex-Régie de délocalisation, est considéré comme une des rares privatisations réussies en Roumanie, Dacia ayant depuis prospéré et développé ses ventes. La firme roumaine génèrera cette année 38% des ventes des véhicules de la gamme \"Entry\" de Renault, soit près de 400.000 unités. Le site de Pitesti produit les célèbres Logan et Sandero qui viennent d\'être renouvelées mais aussi le 4x4 Duster. Les Dacia ne sont pas, toutefois, seulement produites à Pitesti. Elles sont aussi assemblées au Maroc (Casablanca et Tanger). Les autres usines (Brésil, Russie, Colombie...) fabriquent les modèles sous la marque Renault. 4 millions de véhicules sur la plate-forme de la Logan ont été produits au total depuis 2004. Le break Logan roumain est désormais aussi produit chez le russe Avtovaz à Togliatti sous le nom de Lada Largus.Salaires basLes Logan II et Sandero II, qui arriveront sur le marché fin novembre,  sont des véhicules très compétitifs. Leurs tarifs démarrent respectivement à 7.700 et 7.900 euros (en France). C\'est au bas mot 5.000 euros de moins qu\'une Renault Clio avec les mêmes moteurs et le même espace intérieur, voire même davantage! Les salaires (de base) sont quatre fois moins élevés en Roumanie que dans les usines de France. Le rapport était toutefois d\'un à sept au début des années 2000. Mais ce n\'est qu\'un des éléments clé expliquant les prix canons des Dacia. La simplicité de conception et les énormes économies d\'échelle grâce à des longues séries ainsi qu\'au nombre élevé de pièces communes entre les divers modèles jouent aussi leur rôle. C\'est le rachat de Dacia qui a permis à Renault de lancer ses véhicules à bas coûts, lesquels constituent un énorme succès aujourd\'hui et génèrent de fortes marges pour le groupe tricolore.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :