Les matières premières sont appelées à redécoller

 |   |  470  mots
Plus 53 % ! Le rythme de la production de voitures en Chine depuis le début de l'année, est en soi un message fort pour les matières premières. David Wilson, analyste sur les métaux à la Société Généralecute; Générale, est d'ailleurs persuadé que 2010 sera l'année du redécollage de la demande des métaux de base. « La production d'acier inoxydable progresse à une vitesse incroyable » constate le spécialiste, soit + 40 % au premier trimestre : du jamais vu. Une forte corrélation unit la consommation de nickel et la fabrication d'acier.La demande de cuivre est par ailleurs très stimulée par la croissance de l'immobilier chinois, surtout par celle des bâtiments bon marché, qui ne sont pas concernés par la bulle immobilière actuelle qui frappe le centre des grandes villes chinoises.Cours du pétrolePour l'énergie, les prévisions de la banque font ressortir un baril de pétrole à plus de 100 dollars dès l'année prochaine. « Chaque fois que les stocks rejoignent leur niveau moyen sur 5 ans, on assiste à un regain des cours ; et c'est ce qui est en train de se produire » estime Michael Wittner. Le spécialiste du pétrole de la banque française cite également la production supérieure aux quotas mais très stable des pays de l'Opep, ainsi qu'une demande toujours en hausse dans les pays émergents. Et l'effet BP doit également être pris en considération. La marée noire renforce l'idée d'un retour à des niveaux de prix systématiquement supérieurs aux 100 dollars à partir de 2012. « Pour l'instant, le seul élément concret que l'on ait, c'est que les nouvelles autorisations de forage sont interrompues pendant six mois. Mais ce sera sûrement plus long » assure Michel Wittner. À court terme, l'épisode de la marée noire ne supprime que 50 à 150.000 barils du circuit des 86 millions de barils consommés - soit quasiment rien. Mais à long terme en revanche, les projets compromis pourraient éliminer jusqu'à 500.000 barils par jours des prévisions, pour le Golfe du Mexique. Et surtout, le précédent BP pourrait avoir un impact sur les autres sites de forages profond : l'Angola, le Brésil par exemple.La banque croit même à un effet positif de la conjoncture des matières premières pour la croissance européenne. « Nous ne sommes pas si inquiets à propos de la crise de la dette, parce que le recul de l'euro favorise les exportations allemandes, dont la Chine est consommatrice, comme des grosses machines-outils » assure Frédéric Lasserre, qui chapeaute la recherche « commodities » de la banque. Si quelques accidents peuvent encore affecter les céréales ou le Co2, qui pourraient pâtir d'une récession européenne plus prononcée, les perspectives des ressources naturelles sont en train de s'éclaircir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :