Copé ne défendra plus que les intérêts de l'UMP

Fréquemment accusé de mélange des genres, voire de conflits d'intérêts, lorsqu'il était président du groupe UMP de l'Assemblée et en même temps avocat, Jean-François Copé a clarifié les choses en prenant mercredi soir les clés de l'UMP.« Compte tenu de la charge de travail que constitue le secrétariat général et des nombreux déplacements à travers la France que j'effectuerai, j'ai décidé de quitter mes fonctions au sein du cabinet Gide-Loyrette-Nouel », a expliqué le nouveau patron du parti présidentiel, qui continuera tout de même une activité individuelle de conseil.La polémique avait débuté dès l'automne 2007, la gauche et une partie de l'UMP jugeant son activité d'avocat incompatible avec sa mission parlementaire. Elle a rebondi avec la parution du livre de Martin Hirsch sur les conflits d'intérêts. Dans la foulée de l'annonce de Jean-François Copé, Frédéric Lefebvre a fait savoir qu'il abandonnait toute activité d'avocat.Les mains désormais libres, Jean-François Copé peut se consacrer à la préparation de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Déjà à la tête d'un club de réflexion, Génération France, le député-maire de Meaux entend transformer l'UMP en une « boîte à outils » idéologiques pour la présidentielle. « Sans état d'âme et en totale confiance », le chef de l'Etat lui a souhaité de réussir.Jean-François Copé, qui ne fait pas mystère de ses ambitions pour la présidentielle de 2017, a toujours revendiqué son indépendance vis-à-vis de Nicolas Sarkozy, mais ces derniers mois il s'est rapproché du président pour « toper » avec lui au moment du remaniement et ravir la direction de l'UMP à son rival « générationnel » Xavier Bertrand. « JFC » sera quand même placé « sous la surveillance » d'un proche entre les proches du chef de l'Etat, indique un responsable de l'UMP. Brice Hortefeux prendra une part active à la gestion des affaires de la majorité.« ouvrir les portes »Chef de parti, Jean-François Copé veut ouvrir des débats sur « les grands sujets qui mobilisent les Français », dans tous les domaines. « Nous pensons que les idées ne peuvent pas venir d'une seule structure », explique-t-il en estimant que l'UMP doit « ouvrir les portes et les fenêtres ». Autrement dit associer les clubs et autres think tanks qui existent en marge du parti. Génération France a par exemple déjà tenu des forums sur la fiscalité, l'éducation ou encore la croissance. Les idées qui ont émergé ? fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG, instauration d'une TVA sociale, seront bien évidemment mises en débat à l'UMP. Jean-François Copé devra aussi faire de la place aux idées portées par les centristes et les libéraux, qui s'estiment « brimés » par le remaniement du 14 novembre. Hélène Fontanaud

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.