Medvedev fait un geste pour la sécurité européenne

L'air normand de la station balnéaire de Deauville semble favoriser les avancées diplomatiques. Mardi, à l'issue du sommet franco-germano-russe, le président russe Dmitri Medvedev a annoncé avoir accepté de participer au prochain sommet de l'Otan, qui se tiendra le 19 novembre à Lisbonne, et étudier une possible participation de la Russie à la défense antimissile de l'organisation du traité de l'Alliance atlantique(Otan) en Europe. La veille, le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel avaient conclu une entente permettant de débloquer les négociations sur le pacte de stabilité européen (lire page 9).L'initiative russe serait véritablement un tournant soldant la période de la guerre froide qui s'était installé après la Seconde Guerre mondiale. Opposée depuis le début à l'installation d'un bouclier antimissiles proposé par les États-Unis, qu'elle juge dirigée d'abord contre la Russie, Moscou change donc radicalement de position. Toutefois, le président russe attend la clarification de certains points. « Nous évaluons cette idée mais il faut que l'Otan sache elle-même sous qu'elle forme elle voit la Russie rejoindre ce système, qu'est-ce que ça apportera, de quelle manière un accord peut être conclu et comment nous pourrons aller plus loin », a déclaré le président russe.De son côté, Nicola Sarkozy y voit une étape importante dans l'évolution des relations entre la Russie et l'Europe. « Nous pensons que la Guerre froide est terminée, que le Pacte de Varsovie c'est terminé, que l'Union soviétique c'est le passé et donc que les Russes sont nos amis », a-t-il déclaré. Robert Jule

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.