Malgré la crise, la liberté économique se maintient

 |   |  305  mots
Le « think tank » américain Heritage Fondation et le « Wall Street Journal » ont publié mercredi leur classement anuel mesurant l'indice de liberté économique de 183 pays (*). L'édition 2010 revêt une importance particulière, l'année 2009 ayant vu nombre de gouvernements adopter des plans de relance à base de déficit pour répondre à la crise. Si Hong Kong et Singapour caracolent toujours en tête, avec respectivement une note de 89,7/100 et 86,1, les États-Unis rétrogradent de la catégorie « libre » au profit de la Suisse vers la catégorie « principalement libre ». Ils sont désormais relégués au 8e rang, avec une note de 78 sur 100 (? 2,7 points). À l'origine de cette contre-performance, figure l'intervention de l'État dans la liberté financière, monétaire et les droits de propriété, indique le rapport. Quant à la France, elle se classe 64e, dans la catégorie « modérément libre », juste derrière la Roumanie et devant l'Arabie Saoudite. Elle a progressé de 0,9 point, à 64,2. Le rapport salue les efforts accomplis en matière de liberté économique, mais souligne la prédominance récurrente de l'État.la lanterne rougeSur un plan plus général, l'étude constate que « les dépenses publiques n'ont pas amélioré la performance d'une économie en crise ». Les plans de relance n'auraient eu donc qu'un effet neutre sur la pire crise depuis celle de 1929. Cette conclusion est toutefois à relativiser, le classement ayant été établi à partir de données issues de la période juillet 2008-juin 2009. Autre enseignement, malgré la crise et la critique dominante stigmatisant « la libéralisation des marchés », rares sont les pays qui ont opté pour des mesures protectionnistes.Enfin, la lanterne rouge reste la Corée du Nord, qui a perdu 1 point. Elle est notée 1/100. n(*) Le rapport en anglais est téléchargeable sur www.heritage.org.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :