Réforme des retraites : pas de vacances pour les négociateurs

 |   |  929  mots
Au revoir et à l\'année prochaine ! Ce vendredi 21 juin, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a prononcé le discours de clôture de la seconde conférence sociale. L\'occasion pour lui d\'annoncer quelques nouvelles mesures pour lutter contre le chômage et de fixer le calendrier social 2013-2014, notamment s\'agissant de la prochaine réforme des retraites.Le Premier ministre a ainsi confirmé qu\'un projet de loi sera finalisé en septembre, sans détailler les pistes qui seront suivies pour combler le déficit de la branche vieillesse. Il a insisté sur le fait que \"décisions courageuses\" devaient être prises. \"La réforme, nous la construirons dans le respect des principes de continuité et de justice, et après une concertation que je veux dense, riche et sincère\", a-t-il déclaré. La concertation s\'ouvrira officiellement le 4 juillet, lorsque le Premier ministre recevra successivement chacune des organisations syndicales et patronales.30.000 formations supplémentaires pour les chômeurs pour pourvoir des emplois vacantsEn matière de lutte contre le chômage, le Premier ministre a indiqué que 30.000 demandeurs d\'emploi supplémentaires (soit...1% du nombre des chômeurs inscrits en catégorie \"A\") se verront proposer une formation dans les 4 mois afin de pourvoir des emplois disponibles.... Ce qui, accessoirement, aura également pour mérite de les faire sortir des statistiques officielles du chômage \"Je ne méconnais pas les différentes causes de ces emplois non pourvus\", a déclaré Jean-Marc. Ayrault, citant des \"problèmes de sécurité pour certains\" ou des \"difficultés concrètes de mobilité\". \"Mais il y aussi des emplois non pourvus, faute de compétences disponibles\", a-t-il fait valoir.Pour y parvenir, le ministre du Travail, Michel Sapin, réunira syndicats et patronat en juillet pour \"recenser les besoins, par région et par secteur, préciser les outils utilisables immédiatement et mobiliser les financements\", a précisé le chef du gouvernement. L\'objectif est de rendre ce plan opérationnel en septembre. Jean-Marc Ayrault a précisé qu\'il souhaitait voir les chômeurs de longue durée bénéficier en priorité de ce futur dispositif. Comme il souhaite également aussi \"réduire les délais d\'entrée en formation des demandeurs d\'emploi\".\"Face au chômage, qui taraude nos concitoyens, la mobilisation doit être immédiate et cette mobilisation, c\'est d\'abord utiliser pleinement et plus rapidement les dispositifs que nous avons mis en œuvre\", a déclaré le Premier ministre en clôturant la conférence sociale au Palais d\'Iéna à Paris.Un appel aux grandes entreprises pour conclure des contrats de générationToujours sur le front du chômage, Le Premier ministre a demandé aux \"grandes entreprises\" et aux branches \"d\'accélérer les négociations\" sur le contrat de génération, une seule branche (Assurances) ayant jusqu\'à présent signé un accord sur l\'embauche de jeunes et le maintien en emploi des seniors. Dans les petites entreprises, \"le contrat de génération a démarré\", a-t-il constaté. Pour les jeunes peu ou pas qualifiés, les emplois d\'avenir \"apportent une solution à ceux qui n\'en auraient pas d\'autres. Nous en sommes à 30.000. L\'objectif reste une mobilisation générale pour atteindre 100.000 à la fin de l\'année\", a-t-il dit.Le Premier ministre a ajouté avoir aussi \"accru\" le nombre d\'emplois aidés (subventionnés), pour conserver l\'effort supplémentaire réalisé en 2012, et \"allongé leur durée pour favoriser l\'insertion professionnelle\". De fait, le ministre du Travail Michel Sapin a pu compter cette année sur 450.000 contrats aidés, grâce à une rallonge dans le budget du ministère. Au deuxième semestre, et tout particulièrement à la rentrée, le dispositif devrait monter en puissance dans les secteurs scolaire, périscolaire et associatif, où les besoins sont énormes. Michel Sapin espère bien bénéficier de la même enveloppe en 2014.Une négociation pour ouvrir davantage la formation professionnelle aux demandeurs d\'emploiPar ailleurs, comme convenu, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a confirmé que la réforme de la formation professionnelle, \"essentielle\", fera l\'objet d\'une négociation entre les partenaires sociaux en vue d\'un projet de loi \"avant la fin de l\'année\". Le document d\'orientation du gouvernement fixant les grands axes de la négociation à venir sera envoyé dans les dix jours\" aux organisations syndicales et patronales.\"Nous ne pouvons pas laisser le système en l\'état, quand 20% des demandeurs d\'emploi seulement accèdent à une formation, quand les ouvriers y accèdent deux fois moins que les cadres\",Aussi, selon le Premier ministre, la future réforme aura deux objectifs: \"mieux orienter la formation professionnelle vers ceux qui en ont le plus besoin: les demandeurs d\'emploi, les jeunes sans qualification, les salariés confrontés aux mutations économiques et les personnes confrontées à l\'illettrisme\", mais aussi \"faire de la formation, un levier de compétitivité pour l\'ensemble des entreprises\".Un dispositif déjà réformé en 2009Le Premier ministre a également rappelé que cette réforme aura pour objectif la mise en œuvre du compte individuel de formation, prévu par la loi de sécurisation de l\'emploi, promulguée mi-juin, issue de l\'accord interprofessionnel conclu le 11 janvier. Déjà réformé en 2009, le système de formation professionnelle est jugé trop complexe et pas assez efficace par les experts, et notamment par la Cour des comptes.  

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :