La maison, facteur de progrès écologique

 |   |  601  mots
L'incertitude économique fait le lit des préjugés. Alimentant le débat actuel sur la vigilance financière, certaines voix du monde du logement suggèrent de supprimer les aides à l'accession à la propriété dans les territoires où vit une grande majorité des ouvriers et employés, c'est-à-dire les plus modestes. Et au nom de la sacro-sainte densité, ils désignent la cause de tous les maux : la maison, choix de vie de 56 % des Français. Ils y opposent la nécessité de « construire la ville sur la ville ». Que dirait-on, aujourd'hui, si le plan Voisin de Le Corbusier avait entraîné la destruction des hôtels du quartier du Marais au profit d'un quadrillage de tours??La construction périurbaine, de Copenhague à Toulouse, est devenue une réalité continentale. Avec seulement 8 % de la surface aménagée et 2 % d'espace bâti, la France reste toutefois le pays le moins urbanisé d'Europe. La périurbanisation, qui attire majoritairement les jeunes familles avec enfants, constitue un authentique facteur de renouveau pour les communes qui vivaient naturellement, jusqu'aux années 1950, dans l'aire d'attraction des capitales régionales. Le repeuplement des espaces ruraux français est confirmé par chaque recensement, depuis 1970. « Le rural fait le plein à l'ombre des villes dynamiques », avait souligné Pascale Bessy-Pietri, dans une étude, en 2000. Selon les conclusions d'un colloque organisé par le programme européen Leader, les communes rurales puisent ce dynamisme retrouvé dans l'élan des grandes métropoles régionales. Un expert affirmant que « le désir de campagne est la configuration plébiscitée par les Français et les Européens en général ».La dichotomie rural-urbain n'existe plus. Chaque année, depuis trente ans, 10 nouvelles unités urbaines sont apparues et 80 communes rurales sont devenues urbaines. Les communes périurbaines, au cours des prochaines décennies, accueilleront une part essentielle de l'effort national de construction. Pourquoi se passerait-on, alors, de cet outil d'intégration qu'est la maison??Le discours sur la densité est un leurre. Sur 1 hectare, les constructeurs savent réaliser autant de logements qu'en collectif. Tous les efforts des adhérents de l'Union des maisons françaises tendent vers cette conception nouvelle d'une « maison de ville » qu'appellent de leurs voeux les élus courageux qui rasent les barres des années soixante... L'apprentissage des citoyens de la maîtrise de l'énergie et du développement durable passe aussi par la maison qui rend « écologiquement » vertueux ses occupants. Des solutions bioclimatiques du Grenelle du bâtiment ont été expérimentées avec les constructeurs, les industriels et les chercheurs. La maison sera au rendez-vous de la réglementation thermique 2012 car nous avons anticipé l'évolution des comportements en matière d'environnement. Un observateur avisé du paysage énergétique français a récemment comparé la maison à « un véritable centre de recherche pour les solutions techniques du logement en France ».La reprise, en 2009, du secteur de la construction de logements a été soutenue par l'accession sociale. L'efficacité du prêt à taux zéro est avérée, et le logement doit être pensé en termes d'harmonie sociale. Les employés et les ouvriers, qui doivent rester au centre de la politique d'accession sociale, sont deux fois plus nombreux en zones rurale et périurbaine que dans les villes ou les banlieues. Non parce qu'ils sont écartés par la ville, mais parce que les fonctions de production et de logistique ont essaimé le territoire français. Il convient, par conséquent, de préserver les dynamiques territoriales et de favoriser le bien-être des ménages qui en sont les acteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :