Dernier round politique pour Areva T&D

 |   |  176  mots
équipements électriquesAu fur et à mesure que le 9 novembre, date de remise des offres définitives sur la filiale d'équipements électriques haute et moyenne tension d'Areva (Areva T&D), approche, l'aspect politique de cette vente s'accentue. Lundi 26 octobre, en fin d'après-midi, le patron de General Electric (GE), Jeffrey Immelt, a un rendez-vous avec Nicolas Sarkozy. GE, associé au fonds d'investissement CVC, est candidat pour racheter Areva T&D. « Les deux hommes se rencontrent régulièrement », assure l'Élysée.Côté Alstom - Schneider, associés pour ce rachat, la tension monte. Vendredi, Alstom affirmait que Schneider avait fait une visite technique à l'élysée, information que les proches de Jean-Pascal Tricoire démentait.De son côté, le groupe parlementaire socialiste a décidé de s'en mêler. À l'initiative d'Aurélie Filippetti, il a invité les trois candidats (y compris le japonais Toshiba) à lui présenter leurs projets pour Areva T&D. « Nous n'avons pas de date calée », note-t-on dans l'entourage de la députée. M.-C. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :