Le trois-mâts « La Boudeuse » appareillera de Brest en milie...

 |   |  472  mots
Sur les traces de BougainvilleC'est un fameux trois-mâts. Mais s'il n'est pas fin comme un oiseau, il est taillé pour affronter les aventures les plus passionnantes et les plus dangereuses. Comme celle pour laquelle il s'apprête à appareiller à l'issue de ce week-end. Pour l'heure, il est à Brest en escale avant son grand départ le 28 octobre. Trois siècles après l'illustre Bougainville missionné par Louis XV, Patrice Franceschi, propriétaire de « La Boudeuse » et explorateur des temps modernes, part en mission pour le compte du gouvernement français. C'est dans le cadre du Grenelle de la mer, dont l'ambition est de préserver l'avenir de la planète, que les 26 membres d'équipage ? botanistes, biologistes, géologues, ethnologues, doublés de marins chevronnés ? vont dresser un état des lieux entre Amérique Sud et océan Pacifique. La mission « Terre-Océan » ? dotée d'un budget de 2,5 millions d'euros ? va étudier la biosphère, le réchauffement climatique, les effets de la déforestation, la disparition des espèces animales et végétales, la pollution des fleuves et tenter d'imaginer, les moyens de mieux protéger les territoires. Elle va aussi s'intéresser aux îles en voie de disparition dans l'océan Pacifique, menacées par la montée des eaux et tâcher de mesurer cette « programmation » pour trouver les moyens de les sauver.Exaltation« La Boudeuse » n'en est pas à sa première épopée. Dans la tradition des expéditions du XVIIIe siècle, ce navire-école, acquis aux Hollandais en 2003, a mené durant trois ans, de 2004 à 2007, une mission de découverte des peuples de l'eau disséminés entre l'Amérique du Sud, le Pacifique et l'Afrique. Après cinq mois de travaux, le navire est de nouveau apte à voguer loin. À ceux qui s'inquiètent des tempêtes ? « La Boudeuse » devrait passer le redoutable cap Horn en décembre 2010 ?, Patrice Franceschi répond : « Tout le secret de la réussite est dans la préparation. Un détail non réglé devient par la suite un énorme problème. » Autant dire qu'il n'a rien laissé au hasard. « Parmi les 200 poulies, aucune n'a échappé à l'inspection. Si l'équipage est bien entraîné, vous sortez de toutes les embûches », précise le capitaine écrivain, initiateur du projet, président honoraire de la Société des explorateurs français. Pas de doute : « C'est plus l'exaltation qui anime l'équipage que la crainte. » Pour preuve, à bord, la lettre de mission signée du ministre de l'Écologie, Jean-Louis Borloo, fait écho à celle que reçut en son temps Louis Antoine de Bougainville pour lancer sa frégate « La Boudeuse » autour du monde de 1766 à 1769. Celle d'aujourd'hui devrait aller jusqu'en Patagonie? si Dieu le veut. Hissez haut !S. P.Pour suivre la mission de « La Boudeuse », rendez-vous sur www.la-boudeuse.org

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :