Besson défend son débat sur l'identité

 |   |  300  mots
Invité dimanche soir de « La Tribune »-BFM, le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale s'est naturellement exprimé sur la situation des clandestins échoués jeudi sur une plage corse. « Nous n'avons pas fait de pointillisme juridique, nous les avons accueillis dignement », a-t-il affirmé, en reconnaissant que « notre législation n'est pas adaptée à l'arrivée de 124 personnes d'un coup ». Face aux critiques d'associations jugeant leur accueil indigne, Il a pointé du doigt un « cas d'autoflagellation » de la France.Concernant le débat sur le voile intégral, Éric Besson a estimé qu'il « fallait rechercher le consensus républicain le plus large », même si, à titre personnel, il a reconnu qu'il était favorable à son éventuelle interdiction par une loi. À propos du grand débat sur l'identité nationale qu'il pilote et qui fait l'objet de nombreuses critiques, il s'est félicité de son succès. « À ce jour, il y a eu 350 débats et seuls 4 ont été perturbés. » « C'est en parlant des problèmes et non en les taisant qu'on les résout », a-t-il martelé. Il a d'ailleurs annoncé la tenue d'un prochain séminaire gouvernemental, sans doute en février, avant que le président de la République tire les conséquences pratiques de ce débat. Éric Besson a cependant reconnu que le sujet n'était pas l'une des préoccupations principales des Français !vote des étrangersFavorable au droit de vote des étrangers aux élections locales alors que l'UMP, désormais son parti, y est hostile, Éric Besson a suggéré de commencer par accorder ce droit à l'horizon de dix ans aux personnes originaires des anciennes colonies françaises. Ancien membre du PS, il a aussi profité de l'émission pour saluer le courage et le « parler vrai » de Martine Aubry sur les retraites. P. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :