Crédit Agricole SA se veut rassurant sur ses fonds propres

 |   |  444  mots
C'est dans leurs nouveaux locaux de Montrouge baptisés « Evergreen » que Jean-Marie Sander, président de Crédit Agricolegricole SA (Casa), et Jean-Paul Chifflet, son directeur général, ont présenté les résultats annuels. Ainsi, au titre de l'année 2010, Casa a annoncé ce jeudi un profit net de 1,2 milliard d'euros, en hausse de 12,3 % par rapport à 2009. Et tous les autres indicateurs sont dans le vert (voir infographie). En incluant les caisses régionales, dont la contribution au résultat de Casa ne représente que 25 % du bénéfice, le groupe a réalisé un résultat net part du groupe en progression de 31,5 % à 3,6 milliards d'euros. Dans un environnement incertain, « le groupe affiche sa solidité », a déclaré Jean-Paul Chifflet. Message envoyé au marché, inquiet de la capacité de Casa à faire face aux contraintes de Bâle 3. En réponse, les dirigeants de la Banque verte ont répété qu'ils n'auraient pas besoin de procéder à un appel au marché pour les remplir. À la place, Casa a trouvé une solution avec ses caisses régionales pour les renforcer. Ces dernières apporteront à la banque 5,5 milliards d'euros sous forme de dépôt de garantie rémunéré au taux du marché. Cela permettra de compenser l'exclusion de l'avance d'actionnaire (caisses régionales qui prêtent à Casa, 3,7 milliards) et de la dette hybride (1,8 milliard) dans les nouvelles règles de calcul des fonds propres fixées par Bâle 3. L'opération, qui a obtenu un accord de principe de l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP), se fera avant la fin de l'année. « C'est une bonne nouvelle, indique Christophe Nijdam, analyste bancaire chez AlphaValue. Pour preuve, le titre a gagné 5,22 % à 12,39 euros jeudi ». Montage complexe et créatifLes caisses régionales se portent ainsi solidairement garantes de la baisse de la valeur de la participation de 25 % de Casa dans ses caisses régionales. Elles sont donc, en quelque sorte, garantes de leurs propres fonds propres, Mais cela signifie aussi, que si la garantie est activée, c'est qu'une ou plusieurs caisses enregistrent une perte. « Ce montage est complexe et très créatif », indique un analyste sous couvert d'anonymat et qui s'étonne que l'ACP ait donné son accord car cela s'oppose à la volonté du Comité de Bâle 3 d'établir une méthodologie de calcul des fonds propres commune à toutes les banques.Par ailleurs, si la participation de Casa dans les caisses régionales était déduite du Tier 1, ce n'est plus le cas. Elle est désormais comptabilisée en actifs pondérés, ce que fait également Natixis. Ainsi, cette technique permet de dégager des capitaux à moindre coûts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :